C’est la clé de tout !

Publié le par Yves-André Samère

Dans le cadre de la psychose mondiale qui s’est développée autour de la personne et surtout des activités de Vladimir Poutine (je ne dis pas qu’on a tort d’avoir en horreur cet affreux, qui pourrait bien être, comme on l’a laissé entendre, un homosexuel honteux – la pire espèce), j’ai entendu ce matin sur France Inter une belle ânerie. S’adressant aux journalistes qui se sont précipités en foule à Sotchi pour nous bassiner durant deux semaines avec les Jeux Olympiques d’hiver (j’en dirai un mot gentil dans une autre notule), une femme dont je n’ai pas retenu le nom a lancé cette mise en garde : si vous êtes journaliste sur place et que les services officiels vous font cadeau d’une clé USB, surtout, ne la branchez pas sur votre ordinateur, c’est un aspirateur de données. En clair, ce bidule va enregistrer tout ce que vous avez écrit sur votre bécane, et le refiler en douce à Poutine. Le goulag n’est pas loin.

J’ose croire qu’en entendant ça, lesdits journalistes se sont bien marrés. Puisqu’ils se servent constamment de leur ordinateur pour écrire leurs textes, ils doivent savoir ce qu’est l’exécution automatique d’un périphérique, et comment la désactiver. Pour ceux qui ne savent pas, voici.

Une clé USB ne fait pas partie d’un ordinateur, on la branche ou pas, selon le besoin. C’est ça, un périphérique (il y en a d’autres, comme l’écran, le clavier, le lecteur de DVD intégré ou l’imprimante). Or la clé PEUT contenir un minuscule programme dit « autorun » qui lance automatiquement un autre programme plus gros et destiné à divers usages. C’est ça, l’exécution (« run ») automatique (« auto »). Par exemple, vous insérez un CD audio dans le lecteur, et la musique qu’il contient est jouée aussitôt, sans que vous fassiez quoi que ce soit.

C’est très casse-pieds, et ça peut aussi vous installer un virus si l’objet vous a été fourni par quelqu’un qui vous veut du mal. C’est pourquoi ce processus de démarrage automatique peut être désactivé, et tout utilisateur expérimenté le sait, donc agit en conséquence. Sur mes ordinateurs, elle est désactivée partout, y compris pour les clés USB.

Je veux bien croire que les clés USB fournies aux journalistes contiennent un programme espion, mais, comme je viens de le dire, si vous désactivez l’exécution automatique, il ne fera rien. Mais il y a mieux, il suffit d’y réfléchir un peu. Allons-y.

Une clé USB a une capacité limitée, très loin de celle d’un ordinateur. Si on veut vous espionner, il faudrait donc que le programme espion une fois lancé (mais non, pas « démarré », c’est une faute de français !), fasse un choix dans la masse de données que contient votre bécane. Or on ne voit pas comment il serait capable de choisir. Outre cela, il faudrait aussi qu’il transmette aux services secrets russes le résultat de son espionnage, et on imagine mal que, votre reportage terminé, vous alliez gentiment rendre la clé USB au sournois qui vous en a fait cadeau ! Une transmission automatique et par radio ? On voit ce genre de gadget dans les films de James Bond ou dans ce feuilleton idiot qu’était Alias, pas dans la réalité.

Conclusion : ah le joli bobard !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Je crains que l’humour dont j’ai farci mon article ait un peu masqué l’objet de mon développement. Nulle part je ne dis que ce type d’espionnage est techniquement impossible. Je dis qu’un
journaliste qui fait un reportage dans ce pays hautement démocratique doit s’attendre à être espionné, et donc, qu’il PEUT s’en garantir en prenant la précaution très simple d’interdire toute
« sortie » de ses données, par des moyens qu’il connaît forcément. La transmission par wifi ne se fait que si on l’autorise.
Répondre
K
On peut imaginer une clé usb avec une partie wifi cachée et très discrète qui ferait office de "keyboard spy". Il existe bien des cartes SD pour appareil photo qui sont capables de transmettre les
photos par wifi.
Répondre
Y
À la rigueur, oui, ce genre d’envoi n’est pas impossible. Mais il me semble que, si je faisais un reportage dans un pays pareil, je prendrais quelques précautions : ôter la clé USB quand je
vais sur Internet, et utiliser le pare-feu pour couper les ports de sortie.

Quand on est journaliste, on est censé connaître ces précautions. Déjà, on évite de se servir d’un téléphone mobile quand on veut reste discret. C’est bien connu de tous ceux qui ont le souci, dont
ils parlent sans arrêt, de préserver leurs sources..
Répondre
C
La clef USB ne peut-elle pas contenir un programme qui envoie les donnees une fois que l'ordinateur est connecte a internet?
Répondre
Y
Eh oui, c’est l’une des questions que la gourde de France Inter aurait dû se poser. Mais on les connaît, ces gens qui causent dans le poste.
Répondre
D
Je ne suis pas allée jusqu'à votre raisonnement technique, mais je me suis demandé bêtement comment la clé USB ferait pour transmettre les informations de l'ordinateur. J'ai imaginé qu'elle partait
en loucedé sur ses petites pattes rejoindre son généreux donateur. Un peu obèse, quand même, si elle arrivait à absorber toutes les données.
Répondre