Carton-pâte

Publié le par Yves-André Samère

Il existe une manie très irritante et superlativement ridicule, chez les gens qui n’ont pas aimé un film, c’est celle consistant à dire que ses décors sont « en carton-pâte ». Ainsi, un auditeur de France Inter écrit à son émission préférée, Le masque et la plume, pour dire que le film de Spielberg Cheval de guerre est « d’une rare bêtise », et que ses décors sont « en carton-pâte ». Ce gars-là a perdu une bonne occasion de se taire ! (Et Jérôme Garcin, qui a lu sa lettre, de faire écho à une ânerie, ce qui démontre son ignorance) 

D’une part, le tournage de ce film n’a pas été fait en studio, mais en extérieurs, dans le Devon, la région même où se situe l’histoire, et tous les décors sont réels. D’autre part, le carton-pâte est une matière coûteuse et difficile à travailler, de sorte qu’on ne l’emploie guère chez les décorateurs. Lorsqu’ils veulent édifier une construction qui doit sembler être de pierre, ils emploient tout simplement le plâtre, peu onéreux et qui se moule très facilement.

Donc, tendez l’oreille : chaque fois que vous entendrez quelqu’un parler de « décor en carton-pâte », soyez certain que vous avez affaire à un imbécile méprisant qui ressasse de vieux clichés sans savoir de quoi il parle !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Oui, il m’est arrivé d’en faire, donc je connais. Je vois mal les décorateurs de cinéma s’empêtrer là-dedans. Et d’autant moins que cette matière met des heures à sécher.
Répondre
D
C'est très fatigant de faire de la pâte à papier, c'est gluant, mouillé, faut pétrir. Le seul avantage, sans doute utile dans les foires autrefois, sa légèreté contrairement au plâtre.
Répondre