Catherine Frot contre Pascal Thomas

Publié le par Yves-André Samère

On croit naïvement (euh, non, moi je n’y crois pas, car je connais cette faune !) que tous les participants d’un film se sont merveilleusement entendus, que le réalisateur ADORE les acteurs, et qu’entre eux, ces derniers forment une famille unie où chacun aime tous les autres. Cela, parce que la quasi-totalité des membres de la corporation ne cessent de répéter ce monstrueux mensonge destiné au public de gogos que nous sommes en théorie. Seule s’abstient Béatrice Dalle, qui n’a pas sa langue dans sa poche...

Or, voyez plutôt le réalisateur Pascal Thomas et son actrice favorite Catherine Frot. Alors qu’elle avait débuté à la télévision en 1975, elle n’avait eu que de petits rôles jusqu’en 1999, où il l’engagea pour La dilettante. Gros succès (mérité, je précise), et Catherine devint vedette, au point d’être aujourd’hui l’actrice française la mieux payée : en 2012, elle a joué dans trois films, et a gagné 2 235 000 euros.

Justement, c’est là que le bât blesse : Pascal Thomas a révélé aux journaux que, pour leur film Associés contre le crime, elle avait réclamé un million (en 2008, pour Le crime est notre affaire, elle s’était « contentée » d’un demi-million). Dans la foulée, il a dénoncé ses caprices sur le plateau de tournage, assurant que « J’ai dû réduire le temps de tournage et sacrifier mon propre salaire ».

Évidemment, Catherine n’a pas apprécié, et a rétorqué qu’elle payait ses impôts – ce qui n’a rien à voir avec les histoires de tête enflée. Mais, sur ce plan, elle a encore beaucoup à faire avant d’égaler Jeanne Moreau, donc tous les espoirs lui sont permis !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :