Cecil B. DeMille, fondateur d’Hollywood

Publié le par Yves-André Samère

Je m’abstiens ici de faire des critiques de films, puisque je le fais ailleurs et que je ne veux pas me faire de concurrence. Mais cette restriction ne m’empêche pas de parler, occasionnellement, de cinéma. Ainsi, je vais m’autoriser à dire quelques mots sur Cecil B. DeMille. Et d’abord, dissipons un doute, le « B » n’est pas l’initiale de billet ! Le second prénom du réalisateur était Blount, voilà tout.

DeMille est détesté par – à peu près – tous les critiques de France, qui le tiennent pour un type de droite et un cul béni. De droite, à juste titre si on se souvient que, fervent républicain, il fut aussi un partisan de la chasse aux sorcières de McCarthy ; et cul béni, sous le prétexte qu’il a réalisé des films tirés de la Bible. Or il n’en réalisa jamais que… quatre sur quatre-vingts : Le roi des rois en 1927, Les dix commandements en 1923, Samson et Dalila en 1949, et Les dix commandements (remake) en 1956.

En réalité, c’était un grand cinéaste, doté d’un style solide et reconnaissable. Et surtout, c’est lui qui découvrit Hollywood en tant que lieu, et le fonda en tant que capitale du cinéma ! En effet, né en 1881, il s’était d’abord engagé à quinze ans dans un collège militaire – comme Louis Sarkozy plus tard –, puis fit l’acteur à partir de 1900. Il créa en 1913 la compagnie cinématographique Lasky, avec Jesse L. Lasky et Samuel Goldwyn, compagnie qui plus tard fut rebaptisée Paramount. Or, à cette époque, les firmes de cinéma étaient principalement basées à New York. Mais DeMille projetait de tourner un western adapté d’une pièce de théâtre, The squaw man, et il cherchait des lieux propices aux extérieurs, ce qui ne pouvait se faire à New York. Il se rendit donc en Californie avec son équipe, et dénicha une petite localité que des paysans avaient fondée et qu’ils avaient baptisée Hollywood. L’endroit lui parut idéal, il loua une grange, y installa son matériel, et, dans ce studio improvisé, fit son film, qui eut un certain succès. Intéressés, d’autres cinéastes le suivirent, le premier de tous étant Charles Chaplin ! Peu à peu, le plus gros de l’industrie naissante du cinéma s’installa dans les environs, et Hollywood était né.

Signalons que ce premier film, sorti en 1914, il en fit ensuite DEUX remakes, ce qui est unique dans l’histoire du cinéma ; tous deux portent le même titre que le premier, l’un sorti en 1918, l’autre en 1931.

DeMille a écrit son autobiographie. Attendu qu’elle n’a jamais été traduite chez nous, je dois être l’un des rares Français à en posséder un exemplaire. Mais il est en espagnol !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :