Changez de crâne !

Publié le par Yves-André Samère

J’ai déjà parlé des imprimantes 3D, qui permettent d’« imprimer », non pas des textes ou des images sur un support plat comme le papier, mais de fabriquer – par superpositions de couches successives – des objets en trois dimensions. Naturellement, pas en n’importe quelle matière, et vous n’êtes pas près de reproduire un collet de perles de chez Cartier.

Néanmoins, des applications plus sérieuses sont en vue, témoin cette annonce selon laquelle, aux États-Unis, un patient a pu recevoir un implant de crâne imprimé en 3D : 75 % de sa boîte crânienne ont été remplacés par une série d’implants fabriqués grâce à cette technique. On a d’abord scanné son crâne pour en avoir une copie numérique en trois dimensions, puis on a fait générer par une imprimante 3D une copie de ce qui lui était nécessaire pour la greffe osseuse. Les implants sont en polyéthercétonecétone, et devraient normalement s’adapter à l’organisme du greffé.

Aux États-Unis, cinq cents accidentés par mois attendent une greffe de ce type. Vivement que la France s’y mette, je me ferais bien changer deux ou trois détails de mon anatomie. Je veux ressembler à Brad Pitt !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Un objet est forcément en trois dimensions ? Interprétation trop restrictive du mot « objet », cher Albert. En fait, comme le mot « élément » en mathématique, il a
plusieurs sens et peut désigner à peu près tout ce qu’on veut. Je ne donnerai que deux exemples.

Dans « Horace », de Corneille, les imprécations de Camille commencent par l’interjection célèbre « Rome, l’unique objet de mon ressentiment ». Or on comprend très bien qu’elle
ne vise pas la ville de Rome avec ses maisons, ses monuments, ses rues et ses jardins, donc un objet en trois dimensions ; elle vise le gouvernement de Rome, qui a causé la mort de son fiancé
Curiace – donc un concept politique.

Par ailleurs, en informatique, on considère certains langages de programmation comme étant « orientés objet », c’est-à-dire qu’ils définissent comme objet un élément quelconque, par
exemple une voiture dans un jeu vidéo, non seulement avec ses dimensions physiques, mais aussi d’autres caractéristiques : vitesse, couleur, adhérence des pneus, tenue de route, etc. ;
ainsi que ce qu’on appelle en jargon ses « méthodes », c’est-à-dire les actions qu’elle est capable de faire : démarrer, accélérer, s’arrêter, se déporter sur le côté, virer, faire
un tonneau, prendre feu, etc. Un tel objet est alors utilisable partout dans le logiciel, et n’a pas à être redéfini, sauf si on désire le modifier.

Et puis, ne pas oublier l’objet d’une lettre administrative ; l’objet d’une réunion, qui est son ordre du jour ; l’objet de sa flamme pour les amoureux ; et ainsi de suite.

On est donc assez loin de la simple définition d’un objet matériel par x, y et z.
Répondre
A
Merci pour ces précisions. Pour autant, pour moi, un objet est forcément à en trois dimensions (x, y ,z). Ses représentations peuvent être en n dimensions. Si n=2, sa représentation est une
projection. Bref, large débat, car un objet est forcément multidimensionnel, tout dépend du référentiel choisi (x, y, z, t, T, m, v, a, etc...). Mais tout ça n'est que philo...
Répondre
Y
Procédons par ordre.

1. Non, un objet n’est pas forcément en 3D. Une image projetée sur un écran n’est pas en trois dimensions, mais en deux seulement. Un texte imprimé sur une feuille de papier, idem. Le but de ces
nouvelles « imprimantes » (le mot n’est pas très approprié, mais ce n’est pas moi qui l’ai choisi) est de fabriquer des objets qui ont un VOLUME, et pas simplement une surface.

2. On peut considérer que 75 % est au pluriel, dans la mesure où il s’agit de 75 CENTIÈMES. Ce serait de même avec 3/4 ou tout autre fraction dont le numérateur diffère de 1. J’ai déjà discuté
de cette question avec un autre visiteur, qui se demandait si « une foule de personnes » réclamait un singulier ou un pluriel. On pourrait en débattre pendant des siècles.

3. L’article auquel je me référais, écrit par une femme au nom fleuri, est ici, et je ne suis pas compétent :

http://www.clubic.com/technologies-d-avenir/actualite-546206-patient-americain-recoit-implant-crane-imprime-3d.html
Répondre
A
polyéthercétonecétone ? D'ou est-ce que ça sort ce bidule ? L'article que tu as lu était sans doute d'un journaleu qui a mal recopié ses notes...Cette dénomination de polymère n'a aucun sens, si ce
n'est de faire genre scientifique. J'aurai choisi par exemple poly(ether vinyl acetate de pyridinium, 2-3 R,S) copo-poly(streptocyanine 2-5 pentacarboné). Cela fait mieux et tout aussi n'importe
quoi. Certes plus long.
Répondre
A
75% n'est-il pas inférieur à 1 ? d'ou les accords...je suis fortiche en orthographe mais en maths je me débrouille.
Répondre
A
Un objet n'est-il pas déjà en 3D ?
Répondre