Christine Boutin, championne du Q.I.

Publié le par Yves-André Samère

Allez voir cette vidéo. La première minute vous confirmera que Christine Boutin est si intelligente, si réfléchie, qu’à n’en pas douter, son quotient intellectuel dépasse la somme des Q.I. de Justin Bieber et de Steevy Boulay (je plaisante, c’est impossible).

Hier soir, elle se faisait donc interviewer sur la chaîne de télé BFM-TV, et on l’interrogeait sur la manifestation aussi droitière que nébuleuse des opposants à tout ce que fait le gouvernement. Or Cri-Cri est très orientée vers le danger que les socialistes font courir à la famille : n’ont-ils pas voté une loi scélérate permettant aux sodomites de s’accoupler avec la bénédiction de ladite loi ? Affreux. Aussi le journaliste, sans doute un peu vicieux (je le soupçonne d’être lui aussi un de ces suppôts de Satan) la branche-t-il sur le sujet. Ravie, la dame saisit la perche, et sort un petit papier sur lequel elle a recopié un tweet, qu’elle lit séance tenante : « Flash:Loi sur la famille - Le gouvernement refuse de parler de "recul" mais de "stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée" ». Ce poulet date donc du jour même, à 18 heures 17, et la chère militante catholique triomphe, tout en avouant qu’elle n’a pas tout compris à ce gallimatias : c’est là une preuve que le gouvernement recule faussement, et qu’il va ressortir son projet de loi anti-famille.

On donne un double conseil à madame Boutin. Premièrement, changer ses lunettes, elle y voit mal. Deuxièmement, se renseigner sur l’origine de son tweet, car il est très clairement signé Le Gorafi, qui est un site de canulars, rédigés avec un sérieux imperturbable, ce qu’elle n’a pas décelé.

Aujourd’hui, de rire, tous les méchants comme votre (très humble) serviteur sont pliés en deux, et je parie que les Guignols vont en faire leurs choux gras.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
J’ai connu les faits la veille, et n’ai relevé aucune mauvaise foi dans le Petit Journal, qui joue son rôle d’humoriste : on ne doit jamais l’oublier, il s’est donné pour objectif ÉGALEMENT de
faire rire aux dépens des politiques – outre son rôle d’informer (avant tout le monde, souvent). C’est d’ailleurs ce que je fais aussi, très fréquemment.
Répondre
C
Avec sa pointe de mauvaise foi habituelle, Yann Barthes ne l'a pas ratee des le lendemain au Petit Journal.
Répondre