Contents ou pas, on se le garde

Publié le par Yves-André Samère

Cette semaine, l’hebdomadaire « Marianne » fait sa couverture avec une question-choc : « Comment a-t-on pu accepter ça ? », se demande-t-il à propos des « erreurs politiques et des dérives personnelles » de Sarkozy.

Mais c’est très simple, cher grand journal ! C’est parce que notre Constitution nous y oblige.

Une fois élu, le président de la Répubique française a tous les droits. Il peut, si ça lui plaît, recruter comme ministre un malfrat notoire (Mitterrand avec Tapie), dilapider les fonds publics pour ses plaisirs personnels (tous, à partir de Giscard), brimer puis renvoyer un bon Premier ministre, intelligent, honnête et compétent (Mitterrand avec Rocard), se montrer à poil sur la terrasse du Fort de Brégançon (Chirac), faire jeter en prison, sous un prétexte bidon, un écrivain, auteur d’un livre qui lui a déplu (Giscard avec Roger Delpey), imposer une réforme fiscale puis l’annuler quatre ans après (Sarkozy avec le bouclier fiscal), conserver au gouvernement des incapables malhonnêtes (tous), ou livrer à la mort les anciens soldats auxquels on avait promis, en échange de leur engagement dans l’armée française, qu’on les protègerait (De Gaulle avec les harkis).

Un président de la République française, une fois élu, ne peut pas être renvoyé, car il n’est responsable devant personne : ni devant le Parlement, ni devant la Justice. Si ça l’amuse, il peut tenter de violer une femme de chambre dans un hôtel de luxe, sous réserve que cela se passe en France. Et, le cas échéant, abattre d’un coup de pistolet (ou de revolver, je n’ai pas de préférence) son Premier ministre, en plein jour, sur la Place de la Concorde (pas encore réalisé, mais patience).

Avec l’élection du président de la République au suffrage universel, invention de De Gaulle qui n’était pas le dernier des populistes, si nous avions élu Al Capone à la présidence, il aurait fallu le garder cinq ans. Contents ou pas.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

O

et pourtant on y est arrivé ,ou revenu plutot à l'époque d'Al Capone !!!


Répondre