Créatif, le verlan ?

Publié le par Yves-André Samère

Les intellectuels qui craignent de rater le dernier métro vous diront que le verlan, parlé dans les banlieues (pas à Neuilly, non), est « une langue créative », et, pour un peu, un nouveau Jack Lang créerait un institut où l’on poursuivrait des « hautes études du verlan ».

Or le verlan n’est ni une langue, ni créatif. En fait, c’est un codage, et des plus rudimentaires, destiné à donner aux mots une forme différente en permutant les éléments qui le constituent, mais déchiffrable aisément. Quant à sa créativité, on demande à voir...

Il y a une cinquantaine d’années, les enfants s’amusaient à parler le « javanais ». Pas le vrai, dont ils ignoraient tout, mais un autre codage, un peu plus sophistiqué que le verlan. Et lorsqu’on voulait dire à quelqu’un « Favermave tava guaveule », il fallait faire un petit effort pour ne pas s’embrouiller. En comparaison, le banlieusard qui a imaginé de dire chetron à la place de tronche ne s’est pas fait une entorse au cervelet.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 30/11/2009 19:25


Notre "javanais" était encore plus rudimentaire : voudougou condongon predegue nédégué condongon édégué vidigui teudeugue adaga bandangan dodogo nénégué. Epuisant !


Yves-André Samère 02/12/2009 17:54


Je connaissais. Il y en avait d’autres...