Croisières dans Venise

Publié le par Yves-André Samère

« Le Canard enchaîné » est réputé pour l’exactitude de ses informations. Mais son dernier numéro, paru avant-hier, ouvre une nouvelle voie en mentionnant une inexactitude flagrante. On trouve en effet, page 8, colonne de droite et sous le titre Vite dit, la phrase suivante : « Cela fait des années que l’on voit des navires toujours plus gigantesques emprunter les canaux de Venise ». L’ahuri qui a écrit cette ineptie ne doit pas bien connaître Venise, et on lui conseille de regarder la série Commissaire Brunetti quand elle repassera l’été prochain sur France 3. Soit dit en passant, on dit souvent que Venise est la plus belle ville du monde, et je suis assez d’accord, ex-æquo avec Rome (quoi, Paris ? Ne me faites pas rire).

La plupart des cent soixante-dix-sept canaux de Venise séparant les cent dix-huit îles sur laquelle elle est édifiée sont très étroits, et n’y passent guère que des gondoles ou des vedettes de petite taille. Le plus grand canal s’appelle justement le Grand Canal, il est en forme de S et mesure 3,8 kilomètres de long. Sa partie la plus étroite, un peu au nord du pont Rialto, ne mesure que trente mètres, et il comporte, à cet endroit et au niveau du Ponte de la Costituzione, un virage assez sec où un gros bateau aurait du mal à manœuvrer. En outre, le Grand Canal a une profondeur comprise entre cinq et dix mètres, or cinq mètres, c’est bien peu pour un « navire gigantesque ». Il faut ajouter que, sur le trajet, il est franchi par cinq ponts et un viaduc de chemin de fer, tous trop bas (environ six mètres pour l’arche unique du Rialto) pour laisser passer autre chose que des gondoles ou un vaporetto (bus fluvial, mesurant 1,90 mètres de hauteur).

Il s’ensuit qu’aucun « navire gigantesque » ne saurait emprunter le moindre canal de Venise. Le rédacteur a manifestement confondu les canaux avec la lagune, qui n’est qu’une portion de la mer, séparée du large par une presqu’île et quelques îles. Mais il faut bien que les mots aient un sens.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
En tout cas, le « Costa Concordia » ne serait jamais entré dans le Grand Canal. Trop large (35,5 mètres), trop long (290 mètres) pour prendre les virages, trop profond
(8,2 mètres), trop haut (52 mètres) pour passer sous les ponts, les Vénitiens pouvaient dormir tranquilles en ce qui le concernait.
Répondre
D
Remarquez, avec la compétence de certains capitaines des navires de croisière, on ne sait jamais...
Répondre