D’où sort Las Vegas ?

Publié le par Yves-André Samère

La question que vous vous posez tous, tels que je vous connais, c’est celle-ci : comment est née Las Vegas ? Eh bien, vu la réputation flatteuse de ce bled logé en plein désert de Mojave, dans l’État du Nevada, nul ne sera étonné d’apprendre que la ville a été fondée par un gangster ! À vrai dire, elle existait auparavant, mais, jusqu’en 1944, elle se réduisait à une bourgade somnolente et totalement ignorée. En fait, la municipalité locale voulait la préserver avec l’aspect d’une ville fantôme du défunt Far West, où les touristes viendraient assouvir leur nostalgie d’un passé qu’ils croient reluisant, et les édiles comptaient prendre une ordonnance imposant à toute nouvelle construction de ressembler à ce qu’on voit dans les westerns ! Une idée lumineuse...

Mais, cette année 1944, Benjamin Siegel, dit « Bugsy », passa par la ville, et se mit en tête d’y faire construire le plus grand hôtel-casino des États-Unis.

Bugsy était né à New York, et avait été le copain de George Raft, cet acteur surtout connu pour avoir lancé en l’air de multiples fois une pièce de monnaie dans le premier Scarface (il fait le même numéro dans Certains l’aiment chaud et dans The ladies man, de Jerry Lewis ; en fait, il n’a quasiment rien fait d’autre de toute sa vie, c’était une première version de Nabilla). Bugsy avait passé sa jeunesse à violer des filles et à vendre de l’héroïne pour la mafia, puis de l’alcool de contrebande durant la Prohibition. Ensuite, il accompagna George Raft à Hollywood en 1936, et se mit à copiner avec des vedettes comme Jean Harlow, Clark Gable, Cary Grant et Gary Cooper, visiblement peu pointilleux sur leurs fréquentations. Il monta aussi un système de racket sur les figurants, reposant sur un principe d’une simplicité évangélique : ou ils payaient, ou ils ne trouvaient plus de travail (c’est toujours le principe des syndicats, aux États-Unis). Bugsy se faisait alors cinq cent mille dollars par an rien qu’avec ce racket.

Donc, en 1945, il découvre ce terrain neuf qu’est Las Vegas, emprunte quelques millions à des prêteurs douteux, et achète un terrain, autour d’un hôtel minable tenu par une veuve ruinée. Comme on sort à peine de la guerre et que le matériel et les matériaux de construction sont rares, il contacte Lucky Luciano, le chef mafieux retiré dans sa Sicile natale, qui lui envoie plusieurs tonnes de marbre de Carrare pour construire son hôtel. Ce sera le Flamingo, qui inaugura le style « nouveau riche » de la future capitale du jeu, laquelle, du coup, détrôna Miami. Le Flamingo fut achevé pour Noël 1946 et coûta six millions de dollars.

Naturellement, cette réussite fit pas mal de jaloux, et, se sentant menacé, Bugsy suivit sa maîtresse, qui avait regagné la Californie, à Beverly Hills. C’est là que, le 20 juin 1947, alors que, seul, il lisait le journal, trois balles tirées depuis le jardin par on ne sait qui mirent un terme à son existence. On ne sut jamais qui avait tiré, mais on comprit que Bugsy avait négligé de rembourser tous ses emprunts pour la construction du Flamingo !

Personne, pas un seul de ses copains acteurs, ne se rendit à son enterrement.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :