De Gaulle gagnant la guerre ?!

Publié le par Yves-André Samère

Les bonnes gens croient dur comme fer que De Gaulle a inventé la Résistance, et qu’il a mis fin à deux guerres. Déblayons.

La résistance naît spontanément dans TOUT pays occupé. Le simple fait que la France soit tombée sous la coupe des nazis a suffi. De Gaulle étant à Londres, la Résistance a été organisée en France par les partis politiques, et notamment le Parti Communiste (il n’était pas le seul). De Gaulle a tout fait pour imposer sa volonté aux résistants, mais tous n’étaient pas gaullistes, et il n’y a pas réussi. Il n’a pas non plus participé au Débarquement du 6 juin 1944, le général en chef, Dwight Eisenhower, ne l’ayant pas permis, car son allié Churchill l’avait affranchi sur le caractère du personnage. C’est d’ailleurs de là que vient la haine féroce de De Gaulle envers les États-Unis, surtout si l’on songe qu’Eisenhower a été élu président des États-Unis en 1952 et l’était encore quand De Gaulle est devenu le premier président de la Cinquième République, chez nous, en 1959.

La guerre d’Indochine, elle, est née par la faute du Haut-commissaire de France et commandant en chef pour l’Indochine qu’il avait nommé le 16 août 1945, l’amiral-moine Thierry d’Argenlieu. Très opposé au général Leclerc (le premier général français ayant débarqué sur le sol national en 1944), l’amiral refuse de s’entendre avec Hô Chi Minh. Pourtant l’Indochine colonisée ne manquait pas d’intellectuels qui souhaitaient exercer le pouvoir chez eux, en lieu et place des représentants d’un gouvernement siégeant à des milliers de kilomètres de là et qui n’entendaient rien à la civilisation asiatique et aux aspirants des peuples. Passons sur les détails, mais Thierry d’Argenlieu, en l’absence d’Hô Chi Minh, proclame le 6 mars 1946 une République de Cochinchine qui n’est qu’un faux nez de la France (à cette date, De Gaulle a déjà démissionné, mais l’amiral est un ultra-gaulliste), et, après divers incidents, fait bombarder Haiphong, notamment les quartiers pauvres. Six mille victimes au moins. La guerre est venue de là, et s’est terminée par notre défaite à Dien-Bien-Phu.

En Algérie, tout a commencé le 8 mai 1945, jour de l’armistice mettant fin à la Deuxième Guerre mondiale. Les Algériens avaient participé à cette guerre, et ils espéraient un renvoi d’ascenseur bien normal : en l’occurrence, la reconnaissance de leurs droits politiques. Manifestation pacifique au début, mais un policier tire sur un jeune scout et le tue. Évidemment, cela dégénère, et les manifestations tournent à l’insurrection, à Sétif, à Guelma, à Kerrata. L’administrateur chargé de la région de Sétif évalue à 2500 morts algériens le bilan de cette journée. Neuf ans plus tard, la guerre déclarée, De Gaulle ment aux Français d’Algérie (« Vive l’Algérie française ! », le 6 juin 1958 à Mostaganem), se fait élire président de la République, change d’avis et prend parti pour l’indépendance, et finit par abandonner à leur sort les Français d’Algérie et les harkis.

À part cela, c’est un grand homme. Rions.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :