De Philémon à Lucius

Publié le par Yves-André Samère

Récemment, j’ai fait allusion au personnage de Philémon, héros placide d’une bande dessinée de Fred, dessinateur qui venait de mourir. Philémon, comme Montebourg, portait toujours une marinière, mais trop courte et bleue rayée de blanc, et il se déplaçait sur son âne prénommé non pas Arnaud, mais Anatole. Comme vous êtes tous des lecteurs de « Pilote », vous savez cela.

Fred a raconté comment il avait imaginé son personnage, infiniment poétique, créé en 1965, et de quelle manière il avait pu expédier ce campagnard sur une île sans aucun moyen de locomotion. Or il en avait trouvé l’idée dans son bain, comme Archimède : « Où va-t-on quand on se laisse aspirer par le petit tourbillon de la baignoire qui se vide ? ». En effet, où va-t-on ?

Cette question troublante a dû inspirer la dessinatrice japonaise Mari Yamazaki, née en 1967, auteur de mangas, et qui connaît un succès mondial avec Thermae Romae (cinq volumes publiés à ce jour, un sixième et dernier est prévu pour le 25 juin au Japon). Née au Japon, elle a fait un voyage en Italie, y a rencontré son mari, puis est allée vivre au Portugal, et enfin à Chicago. Et sa double passion, c’est l’histoire de Rome et celle des bains, établissements sur lesquels se fondait l’essentiel de la vie publique au temps des Césars. Elle a donc créé un personnage, Lucius, contemporain de l’empereur Adrien, et qui, architecte de profession, s’est spécialisé dans la conception de bains publics.

Or Lucius ne cesse de voyager dans le temps et les lieux, passant de son époque, vécue à Rome, au Japon moderne, où les bains publics sont aussi en faveur, et où il trouve des idées qu’il applique en revenant à Rome. Et comment passe-t-il d’une époque à l’autre ? Chaque fois qu’il tombe à l’eau ! Ce qui lui arrive assez souvent.

Cette œuvre est très documentée, elle recèle en outre des documents photographiques, hélas trop petits (les mangas sont des livres de petit format), qui font office de transition entre les chapitres. Si vous avez l’occasion d’en feuilleter un, vous serez peut-être tenté de l’acheter pour en savoir davantage sur Rome, sur le Japon et sur la civilisation des bains. Ou alors, volez-le ! On ne s’instruit jamais trop.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :