Débaptisez !

Publié le par Yves-André Samère

À Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), on a débaptisé la place François-Mitterrand, à laquelle on a rendu son nom initial : place de l’Ancienne-Comédie. Le changement est minime, Mitterrand ayant été lui-même un comédien de première grandeur.

Naturellement, les grincheux objectent que le maire, Philippe Guyenot, élu sans étiquette, a été proche du Front National (il a été candidat de ce parti, mais en 1992), et que le seul précédent avait eu lieu à Vitrolles, où l’avenue François-Mitterrand avait été renommée « avenue de Marseille » par le maire Catherine Mégret, l’épouse de Bruno Mégret, ancien rival de Le Pen pour la présidence de ce parti. Il y a eu aussi, plus récemment, en septembre dernier, cette place François-Mitterrand, à Blotzheim (Haut-Rhin), redevenue « place de l’Hôtel-de-Ville ».

On attend que Paris débaptise le Quai François-Mitterrand, qui passe sous les fenêtres du Louvre, et la Bibliothèque du même métal. Mais, avec Delanoë comme maire, c’est comme si c’était fait.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Eh oui... Pour éviter d’avoir à la longue le tournis, il vaudrait mieux éviter les noms de politiques, y compris De Gaulle et Napoléon. Je serais plus favorable aux noms de scientifiques ou<br /> d’artistes, pourvu que ce soit des vrais et pas des polanskis.
Répondre
K
Bonjour. Ayant habité le très communiste "Plessis Robinson" situé dans le "9" "2" , je me souviens de noms de rues très rouges. Après la chute de ce bastion communiste, vient le temps de la droite<br /> pure et dure (qui est encore aux affaires). Exit les Karl Max, Waldek Rochet, Staline et Lénine. Bienvenue au Général et à tous ses copains.<br /> <br /> Même chose à Lublin (PL) où tous les communistes historiques ont laissé leurs rues aux cardinaux et autres JP2 après 89.<br /> La roue tourne ....
Répondre