Un Oscar pour un film français ?

Publié le par Yves-André Samère

Cette petite note n’entend pas parler de cinéma, bien qu’elle tourne autour de deux films, mais de la naïveté de la propagande qui accompagne les films.

Ce matin, on nous dit que le film de Michel Hazanavicius, The artist, est candidat aux Oscars à Hollywood. Certes, on a en a dit autant de certains autres films français, il n’y a pas si longtemps que ça, et tout ce qu’ils y ont gagné, c’est un bide : souvenez-vous d’Entre les murs ! Mais cette fois, la presse française mise tout sur la vedette, Jean Dujardin, et l’on nous assure que les critiques états-uniens et les quelques spectateurs qui l’ont vu là-bas (il n’y a que quatre salles qui projettent le film dans tout le pays) sont « tombés sous le charme du french accent » de la vedette. On veut bien le croire, mais le fait que Jean Dujardin joue dans un film MUET a de quoi inspirer un certain scepticisme sur le charme causé par son accent français !

Et puis, il y a Gad Elmaleh. Ce comique a été engagé par Spielberg pour jouer un personnage très secondaire dans son adaptation de Tintin. C’est le seul acteur d’expression française qui joue dans cette production. Mais qu’est-il allé faire dans cette galère ? En effet, comme le film est réalisé en images de synthèse, Gad Elmaleh n’est pas reconnaissable à l’écran. Au moins, entend-on sa voix ? Guère : il n’a que trois courtes répliques, et son mince talent de doubleur ne justifiait certainement pas qu’on lui offre le voyage à Hollywood rien que pour ça ! Sa présence dans le film est donc un truc publicitaire, et rien de plus.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :