Des soiffards en France ?

Publié le par Yves-André Samère

Le 18 mai dernier, je notais ICI que chaque jour, au moins deux ou trois personnes consultaient l’article que j’avais écrit presque un an plus tôt à propos du cognac et de l’armagnac : j’y expliquais la différence entre les deux, essentiellement d’ordre économique.

Il faut croire que, soit la rumeur publique a donné à ce petit écrit une notoriété qu’aurait envié Sophia Aram, soit l’alcoolisme, en un an, a fait dans notre beau pays des progrès foudroyants, car ce ne sont plus simplement deux ou trois gourmets qui recherchent mon article, mais, par exemple et pour la seule journée d’hier, vingt poivrots en puissance, qui pourraient aller trinquer en public avec Nathalie Kosciusko-Morizet (hélas, je n’ai pas eu un mot pour les cigarettes accompagnant le rite).

Comme j’ai accès aux statistiques du présent site et que je les consulte quotidiennement, je peux vous jurer que, depuis sa publication, donc depuis un an et demi, cet article a été lu absolument tous les jours. Ainsi, sur la semaine écoulée, c’est soixante-quatorze lecteurs qui l’ont consulté. Plus de dix par jour en moyenne.

Mais je me garde d’en tirer la moindre conclusion. Pas même pour dire si je préfère le cognac ou l’armagnac.

(Mais pour votre bloody mary, préférez la vodka. Ne pleurez pas sur le jus de tomate ni sur le sel de céleri. Le poivre gris n’est pas facultatif non plus)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :