Des trous dans les rideaux

Publié le par Yves-André Samère

« Le Canard enchaîné » paru hier rapporte une interview de Carla Bruni publiée dans « Elle » le 23 mai. Sur son séjour à l’Élysée, elle y disait ceci : « Moi, dès que je voulais changer un rideau parce qu’il y avait un trou, je prenais le trou en photo avant, au cas où “Le Canard enchaîné” ferait une enquête sur l’utilisation de l’argent public ».

Nous apprenons ainsi, avec consternation, que les rideaux de la présidence de la République sont troués. Mais avec satisfaction, que les trous n’étaient pas seulement dans le mental de son mari.

Publié dans Humour, Actualité, Journaux

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

P
Oh mon Dieu ! Merci d'avoir rapporté cela, j'adore. C'est tellement ridicule que ça me fait rire... Puis bon, je ne suis pas mécontente de pouvoir me moquer encore un peu plus de Carlita, que je
n'apprécie guère.
Répondre
Y
Elle et son petit mari vivent dans un monde qui n’a rien à voir avec la réalité. De sa part à elle, comment s’étonner ? Née milliardaire, elle n’a jamais eu à travailler (je n’appelle pas
« travailler » le fait de se faire photographier ou de pousser la chansonnette).

Ce genre de vie vous rend inconscient, c’est fatal.

Dans ses cinq livres de pastiches, « Chronique du règne de Nicolas Premier », Patrick Rambaud les a très bien accommodés aux petits oignons. Sévère et juste.
Répondre
D
Et que madame Bruni...ce n'est pas du fromage blanc qu'elle a dans la tête.
En revanche je me demande comment se font les trous dans les rideaux. Remarquez, si elle les remplaçait par des rideaux suédois jaunes et bleus, cela n'a pas dû entamer énormément le trésor
public.
C'est très beau ce souci pour le bienfait de la communauté.
Répondre
C
Ce genre de commentaire montre qu'elle n'a pas compris que ce qu'on lui reproche c'est de dilapider l'argent public pour un site internet a sa gloire, non d'entretenir une residence qui lui est
mise a disposition.
Répondre