Dictature de Dieu

Publié le par Yves-André Samère

Puisque la sacro-sainte actualité, en ce moment, est arabe, la malveillance qui m’anime constamment me pousse à écrire que je ne crois pas beaucoup à la capacité d’évolution des citoyens ayant le bonheur de vivre dans les pays concernés. Comme je l’ai écrit hier, alors que les Tunisiens s’en prennent à un film qui ne leur plaît pas sous le seul et stupide prétexte qu’Allah y est montré dans un dessin animé (comme chez nous, souvent, les catholiques intégristes, quoique sous d’autres prétextes), et que les Libyens acceptent sans broncher que leurs nouveaux dirigeants imposent la charia comme base du nouveau code civil à venir, il y a de quoi craindre les conséquences des prochaines « révolutions », celles de Syrie et du Yemen, qui viendront sans aucun doute.

S’il devait y avoir une véritable révolution en pays arabo-musulman, elle consisterait à y établir la laïcité comme fondement des nouvelles républiques, et à cantonner les mollahs dans leurs mosquées. Comme a dit, prétend-on, un certain Jésus, on juge un arbre aux fruits qu’il donne, et les fruits de la religion envahissante ont un sale goût, à mon avis. Remplacer la dictature d’un homme par celle de Dieu, ce n’est en rien un progrès.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :