DSK contre Polanski

Publié le par Yves-André Samère

On a bien été un peu surpris de voir DSK se pointer à Cannes en compagnie de sa dernière maîtresse, et monter les marches, comme il faut dire chez les ploucs que ce genre de manifestation laisse admiratifs. Qui donc l’avait invité ? Car enfin, on n’accède pas comme ça au palais des festivals, et les séances sont plutôt réservées aux professionnels.

Mais les Guignols ont trouvé une explication qui me satisfait parfaitement : ils ont fait dire à sa marionnette que, voyant Polanski faire de même, après tout, lui, DSK, n’avait pas violé une mineure, et par la voie la plus étroite ! Et que, donc, sa présence était moins étonnante.

Rien à redire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 01/06/2013 09:53

Playons ces malheureux.

Au temps de Victor Hugo, on envoyait Jean Valjean au bagne pour avoir volé une miche de pain. Aujourd’hui, pour d’autres histoires de miches, on a le soutien des puissants.

(Pardon pour cette vulgarité, c’est à cause du contexte)

DOMINIQUE 31/05/2013 21:42

Oui, mais DSK a été assigné à demeure dans un magnifique hôtel particulier, alors que Polanski a été lui, en "prison", dans un chalet de 300 m2. Le pauvre, il a plus souffert, non ?
Et puis, la "voie étroite", ça c'est quand on n'est pas sûr de la contraception de la partenaire. Depuis la pilule, cela manque de romantisme, cette histoire, non ?
DSK en fait est un petit joueur.