DSK sur France 3

Publié le par Yves-André Samère

Médiocre documentaire, hier soir sur France 3, qui prétendait expliquer le comportement aberrant de Dominique Strass-Kahn, via une psychanalyse de bazar. Pas étonnant, le film a été conçu par le psychanalyste de salon Gérard Miller (avec Anaïs Feuillette). Seule qualité, c’était court.

On y rappelait que DSK ne s’appelait pas Strauss-Kahn, mais seulement Strauss. Comme beaucoup de politiques, il avait rallongé son nom – souvenez-vous de Chaban-Delmas, qui s’appelait Delmas tout court, mais avait collé à son patronyme son pseudo de la Résistance. D’autres ont gardé leur pseudo uniquement, comme Boumedienne, parce que son vrai nom, Boukharouba, prêtait à rire, surtout au Maroc où on le détestait : ce nom signifiait en réalité « le fils de l’âne » ! Mais il y eut aussi Franco, Tito, Lénine, Staline, et j’en oublie certainement.

Miller affirme que DSK a rajouté au nom de son père celui de l’amant de sa grand-mère, Marius Kahn – curieuse idée. Peu importe, rien n’est jamais clair avec DSK. La thèse de Miller était celle-ci : DSK voulait tout à la fois, mais privilégiait sa vie sexuelle, au détriment de son ambition politique. En tout cas, les Français l’ont échappé belle, nous serions aujourd’hui la risée du monde entier s’il avait été élu à la présidence de la République ! « Pépère » Hollande, tout pingouin qu’il est, s’avère beaucoup plus reposant.

Le seul mystère, en réalité, demeure celui-ci : pourquoi Anne Sinclair, qui est une femme remarquable, a-t-elle patienté aussi longtemps avant de le larguer ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Question que je me suis posée également, concernant Anne Sinclair. Je pense que DSK est un homme d'une remarquable intelligence, cependant dominé par ses besoins sexuels.
Elle sans doute fait la part des choses ?
Répondre