Einstein était-il vraiment juif ?

Publié le par Yves-André Samère

Cette semaine, un certain bruit a été causé par le fait suivant : un programme pour les téléphones mobiles iPhone, qui a été validé par Apple (la firme qui construit ces engins), et proposant de donner une liste des personnalités juives connues, a été lancée le 9 août en France. D’abord passée inaperçue, elle a ensuite fait scandale. Par ailleurs, j’ai entendu cette semaine à la télé un commentaire précisant que telle personnalité (j’ai oublié son nom) était « de confession juive ».

Ce genre de remarque, on l’entend souvent, et je m’étonne que nul ne s’en étonne. En effet, en quoi cela consiste-t-il, être « de confession juive » ? Le premier rabbin venu vous dira que, pour que vous soyez juif, il faut et il suffit que votre mère soit juive – sans doute parce que la filiation d’après la mère est certaine, alors que le père « officiel » ne l’est pas toujours en réalité. Très bien. Voyons cela de plus près, et, pour la clarté du raisonnement, choisissons une personnalité suffisamment célèbre et que le raisonnement ne gênera pas : Albert Einstein. Et voyons aussi de plus près cette expression, « confession juive » : deux mots, deux éléments à examiner.

Si Einstein était juif, cela implique que sa mère l’était. Si cette mère était juive, il faut donc que sa mère à elle ait été juive. Et ainsi de suite. De génération en génération, remontons jusqu’à Moïse, celui qui a codifié cette religion et lancé la rédaction de l’Ancien Testament dans ses cinq premiers chapitres. Nous sommes ainsi en présence d’une longue lignée de mères juives. Et maintenant, posons-nous la question : ne serait-il pas possible que, parmi ces dizaines de mères juives, l’une d’elles ne l’ait pas été ? Si cela est possible, si la chaîne comprend ne serait-ce qu’une mère non juive, elle s’interrompt, car toutes les descendantes de ces mères supposées juives ne le sont plus ! Et, dès lors, Einstein, qui se trouve au bout de la lignée, n’est plus juif !

Je vous vois venir : l’une de ces femmes a pu devenir (ou redevenir) juive en se convertissant au judaïsme ! Reconnaissons que l’argument tient. Mais il reste encore à examiner le terme confession.

Il est notoire qu’Einstein était athée. Il l’a dit, répété, écrit sur tous les tons. Par conséquent, il n’avait aucune religion – aucune confession –, pas plus le judaïsme qu’une autre. Comment, dans ce cas, peut-on prétendre qu’Einstein était « de confession juive » ? Il faudrait admettre que la religion, transmissible par la naissance (!), est une notion qui s’apparente à la RACE. Or l’espèce humaine n’a pas de races, la science l’a reconnu depuis près d’un siècle.

Il est donc ridicule de dire et d’écrire qu’Einstein était « de confession juive ». Un athée ne peut pas être juif. Ni chrétien, ni musulman, ni quoi que ce soit d’autre relevant de la religion.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

A
Je suis français athée, de parents kabyles eux mêmes athées, rien n'empêche que du point de vu statistiques je suis recensé comme français musulman, à l'instar des millions de français d'origines kabyles et athées, qu'on compte aussi comme français musulmans. C'est une aberration grotesque, mais officielle. T
Répondre
Y
Pas facile, en France, de changer de nom et de prénom. Les démarches sont interminables, et il faut l’approbation de la sacro-sainte Autorité, qui n'est pas gagnée d’avance. J’ai tenté de m’appeler Charles De Gaulle, mais il semble qu’une famille avait déjà le monopole, et elle a mis l’embargo.
E
il y a une solution tu change de nom et de prénom. Un prénom chrétien un nom breton et l'affaire est joué tu nique les statistiques !...
Y
Sans doute, mais quelles statistiques ? N’importe qui peut faire et publier des statistiques. Pour ma part, je ne réponds jamais sincèrement aux questions des sondeurs, et je m’applique à ne leur donner que des réponses absurdes. Tout le monde peut égarer les gens trop curieux, puisque rien n’est vérifié. J’ajoute qu’en France, on n’a pas le droit de recueillir des données sur la religion des gens !
M
Il faut réfléchir un peu avant de parler, si sa mère était juive donc automatiquement sa grand mère aussi et ainsi de suite , et de deux, même si Einstein disait qu'il était athe , cela ne change en rien qu'il avait une âme juive car un homme ne peut pas changer ce que le créateur à decide. Bonne journée à tous
Répondre
Y
Je réfléchis toujours avant de parler, ce qui n’est pas le cas de tous ceux qui déposent ici des commentaires, et je dénie qu’on soit « automatiquement » juif quand sa mère est juive. Ça, c’est du dogme, rien à voir avec une quelconque réalité. Lustiger, le cardinal-archevêque de Paris, était né dans une famille juive, ça ne l’a pas empêché de renoncer à sa judaïté quand il a eu quatorze ans. Où se trouve la judaïté chez quelqu’un qui n’a pas envie d’être juif ? Et Einstein ne « se disait pas » athée, il l’était. J’ai lu ses écrits, donc je peux l’affirmer. Je ne sais pas non plus ce qu’est « une âme juive », autre concept qui ne repose sur rien. En fait, penser en juif est une simple conséquence de l’éducation qu’on a reçue. Tout comme, en Afrique, vous pouvez être animiste si vos parents vous ont mis dans la tête cette manière de penser : vous ne le serez jamais de naissance. Enfin, le « Créateur » est une pure chimère, et on attend toujours qu’il se manifeste par un acte quelconque et visible par tous. Ce qu’il n’a jamais fait.
Y

Oh, moi, je suis de basse extraction. Je sors du ruisseau.


Répondre
D

Mon éducation rigide et héréditaire ressort inopinément : "mec", ça ne se dit pas.


Répondre
Y

C’est plutôt « Le mec de la tombe d’à côté », ce qui change peu de choses. On en a fait une pièce qui a été jouée à Paris.


Répondre
D

Cela me rappelle un livre, "le type de la tombe d'à côté". Une petite fille trouve sa mère au lit avec le voisin, rouquin. Et s'aperçoit qu'elle est la seule de toute la famille à être rousse.
Ceci pour la "filiation".
Le reste... la stupidité humaine, oui. Héréditaire.


Répondre