Éloge de l’éthylotest

Publié le par Yves-André Samère

Ainsi donc, à partir de demain, il devient obligatoire d’avoir, à bord de sa voiture, un éthylotest, sorte de gadget d’ailleurs périssable très vite (au bout de six mois, il faut le changer, même s’il n’a pas servi !), le but étant d’inciter, puisque dans ce pays on « incite » beaucoup, à vérifier avant de prendre le volant si on n’a pas trop bu. C’est vrai, ça, il arrive si souvent qu’on ne sache pas si on a bu avant de grimper dans sa bagnole...

Je sais, le but est doublement louable : tâcher d’éviter les accidents provoqués par la consommation d’alcool, et surtout... rassurer les pouvoirs publics, qui pourront toujours prétendre qu’ils ont fait le maximum pour notre sécurité.

Mais enfin, il y a de quoi être sceptique. Si vous avez copieusement biberonné au cours d’une soirée, la première question que vous vous posez, ce n’est JAMAIS de savoir si vous êtes en état de conduire. L’alcool, messieurs les décideurs, possède cette particularité de décupler la confiance en lui-même du buveur, et vous avez autant de chance d’en dénicher un qui doute de sa lucidité, que de croiser Liliane Bettencourt à la piscine municipale de La Courneuve.

Bref, l’éthylotest ne servira à rien, sinon à enrichir la société qui le fabrique.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Ça ne peut pas m’arriver, je ne suis jamais allé à La Courneuve. Mais à Neuilly, si !
Répondre
D
J'ai vu Liliane Bettencourt à la piscine de la Courneuve.
C'est pour cette raison que je ne mettrai pas d'éthylotest dans ma voiture.
Répondre