Encore pleurer sur les États-Unis ?

Publié le par Yves-André Samère

Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi, chaque fois qu’un drame horrible se produit aux États-Unis, la Terre entière devrait compatir ? Voulez-vous me dire si, lorsque Mohammed Merah a tué des enfants en bas âge dans une école juive de Toulouse, les chaînes de télé états-uniennes en ont parlé ? Et si Ben Laden a envoyé ses pilotes-suicide contre les tours de Manhattan, ce n’était pas un peu parce que les États-Unis ont réussi cet exploit, unique dans l’Histoire, de se faire haïr du monde entier, et pas sans raison ? (Même Hitler n’a pas réussi, on l’admirait beaucoup, en Italie et au Japon)

Alors, même si j’ai déjà développé mon point de vue, dans un texte que j’avais publié six jours après les attentats du 11 septembre 2001, les deux ou trois visiteurs qui y avaient échappé peuvent peut-être aller y jeter un coup d’œil. Certes, c’est un peu plus long que ce que j’écris ici d’habitude, mais qu’est-ce que vous risquez ? De toute façon, vu le genre de civilisation qui prévaut aux États-Unis, ça pourrait bien resservir.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Tartiner inlassablement sur des sujets dont on ignore tout (ou dont on se fiche, par exemple les trois flocons de neige qui ont bloqué le pays entier), c’est une spécialité des médias. Le Petit
Journal se fait un devoir de railler cette manie chaque fois que l’occasion se présente.

Pour Obama, eh bien, il fera comme tous ses prédécesseurs, c’est-à-dire rien.
Répondre
D
Fatiguée par cette histoire. Un quart d'heure d'infos uniquement sur ce sujet, pour dire quoi ? Que les petits vont être inhumés, que les parents pleurent, que les institutrices ont été
héroïques... C'est un fait divers comme un autre, le quatrième sur lequel B. Obama va pleurer.
Pleurez plutôt sur ce que cette société a fait du respect de la vie humaine.
Ils veulent maintenant armer les professeurs. Grave erreur. Qui n'a pas eu envie d'assassiner un gamin impossible ? Arrête de bavarder ou je tire. Bon, ok, je tire.
Répondre