Encore un ministre incompétent !

Publié le par Yves-André Samère

Les ministres se suivent et se ressemblent par leur incompétence. Hier, c’était celui de l’Environnement, qui confiait la fabrication d’un spot publicitaire à une agence privée, payait la facture, mais ne contrôlait pas le résultat... qui pourtant le ridiculisait par son amateurisme ; aujourd’hui, c’est Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique (ouf !), qui vient faire au Fou du Roi (l’émission de Bern sur France Inter) la preuve qu’elle ne connaît rien aux affaires dont elle est censée s’occuper. On signale qu’un peu partout en France, les SAMUs sont débordés par les jeunes geeks et autres nerds qu’on a dû hospitaliser d’urgence, parce qu’ils se sont étranglés de rire en écoutant l’émission, et, pour une fois, pas à cause de Didier Porte.

En effet, la conversation est tombée sur ces publicités importunes, par exemple celles qui vous proposent du Viagra, messages que chacun est censé recevoir dans sa boîte aux lettres électronique. Ce courrier non sollicité s’appelle spam, tout le monde connaît le mot, mais... aucun participant de l’émission ne le prononce (pas même la mouche du coche du Fou du Roi, l’envahissant Alexis Trégarot, qui sait tout), à quelque moment que ce soit, tout comme si ce terme monty-pythonesque n’existait pas ! Et madame Kosciusko-Morizet ne le mentionne pas davantage. En revanche, elle propose LA solution-miracle : supprimer les cookies de son ordinateur.

Ici, mille excuses pour les novices, mais cela demande une explication : les cookies sont de petits textes que certains sites d’Internet déposent sur votre ordinateur à seule fin de conserver certaines informations qui vous seront bien utiles ultérieurement (vous pouvez les voir dans le répertoire « Cookies » de Windows, si vous utilisez Windows). Par exemple, si j’ai l’habitude de visiter le site du journal « Libération » et de déposer des commentaires sur le forum de ses lecteurs, il me faut être identifié pour participer. Plutôt que de m’obliger à retaper chaque fois mon pseudonyme et mon mot de passe, le cookie les enregistre, et, chaque fois que je me connecterai sur le site de « Libération », ce petit texte fournira ces deux données sans que j’ai à les retaper : une corvée évitée grâce à un discret domestique ! Il y a dix ans, on faisait une très mauvaise réputation aux cookies, soupçonnés d’espionnage ; aujourd’hui, on sait bien qu’il n’en est rien et qu’il existe d’autres façons plus sournoises d’espionner les gens.

Eh bien, ce qui précède et que n’importe quel jeune de treize ans sait probablement, la secrétaire d’État censée s’occuper de ces questions l’ignore. Bref, les cookies et le spam sont aussi étrangers l’un aux autres que le caramel l’est au couscous. Et si le spam vous embête, utilisez un programme anti-spam, par exemple Mailwasher : sitôt un message désigné par vous comme indésirable, son expéditeur sera mis sur votre liste noire, et vous ne verrez plus jamais ses envois. C’est pourtant simple, non ? Et laissez vos cookies tranquilles, ils vous rendent service et sont plus inoffensifs que madame Kosciusko-Morizet.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :