Éoliennes condamnées

Publié le par Yves-André Samère

Le 19 juillet 2001, selon « Le Canard enchaîné » de cette semaine, le préfet de l’Aude avait accordé à une compagnie, devenue depuis une filiale de GDF Suez, un permis de construire la plus grande centrale éolienne d’Europe (18 mégawatts) dans la région des Corbières, célèbre terre à vin. Mais les viticulteurs du coin se sont plaints des nuisances visuelles et sonores causées par ces engins, et ont saisi la justice en janvier 2003. En 2005, un expert judiciaire a conclu en effet à un « trouble anormal ». Et, ce 4 février, les juges du tribunal de grande instance de Montpellier ont condamné GDF Suez à... démonter une partie de ses éoliennes et à verser, sans attendre un appel (qui est en vue), 500 000 euros à une famille de vignerons.

Les conclusions des juges sont éloquentes : « trouble dépassant les contraintes admissibles du voisinage par l’impact visuel permanent du paysage dégradé, par des nuisances auditives tout aussi permanentes altérant la vie quotidienne, [... et] dépréciation évidente de la valeur du domaine [viticole] ».

Si certains conservaient encore des illusions sur l’utilité des éoliennes, « source d’énergie de remplacement propre et naturelle », ils vont devoir en rabattre. Et cette fois, ce n’est pas moi qui le dit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :