Épouvantez vos bébés !

Publié le par Yves-André Samère

L’actualité est complètement vide, tout le monde a pu le constater cette semaine. Par conséquent, c’est le moment de s’intéresser à une question capitale : les poussettes pour bébé.

Autrefois, les parents baladaient leurs bébés dans une poussette, ou un landau, très haut sur roues. À cette altitude, l’enfant se trouvait tout proche de sa mère, ou de son père, ou du membre de sa famille qui le promenait. Allongé dans une sorte de sarcophage à ciel ouvert, protégé sur les côtés par un solide garde-fou, faisant face à son pilote, l’enfant se sentait en sécurité. On avait même prévu une capote qui pouvait se rabattre, et qui le préservait de la pluie !

C’était trop. Il fallait tout changer.

Aujourd’hui, le bébé est assis sur une étroite plateforme juchée sur des roues minuscules, donc située au ras du sol, son nez au niveau des tuyaux d’échappement des voitures pour qu’il n’en perde pas une miette. Il n’a plus aucun garde-fou, aucun abri, ni sur les côtés, ni sur l’avant, ni au-dessus. Et il tourne le dos à sa mère, qu’ainsi il ne voit plus (ce doit être apaisant). Dès lors, le voilà fonçant malgré lui dans la circulation, un peu comme un skieur qui a perdu le contrôle de ses déplacements. Plus rien ne peut le rassurer ni le protéger.

Étonnez-vous qu’ensuite, devenu dingue, il se mette à massacrer ses proches, voire à écouter du rap.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

Le point de vue du bébé sur les anciennes poussettes ? Un cocon délicieux d'où l'on pouvait voir sa mère ahaner pour pousser ce truc, empêtrer les énormes roues partout, et d'où l'on pouvait aussi,
quand la conductrice était bien exaspérée, pousser de grands cris stridents pour éprouver sa résistance. Et se rendormir béatement, bien sûr, après qu'elle ait été traitée de bourreau d'enfants par
les passants.
On revoit maintenant des poussettes dans le bon sens, trop basses bien sûr (cela évite les renversements dans les virages d'un mal il faut choisir celui qui arrange les constructeurs, a priori les
poumons des bébés sont secondaires), avec harnais et roues sur le côté, ce qui protège la coque.
Sujet d'été passionnant, on devrait plus en parler, Eric Woerth serait content.


Répondre
Y

Je sais bien, mais j’adoptais plutôt le point de vue du bébé ! Cela étant, les parents idiots, ça existe..


Répondre
D

On voit que vous n'avez jamais essayé de promener votre bébé dans ce char d'assaut, qui demande l'aide de 10 personnes pour franchir un trottoir, interdit de traverser les terrasses de café, et
n'est pas transportable en voiture.
Les poussettes modernes sont étroites et pliables, vous pouvez même laisser le bébé dedans, quitte à le repasser un peu après pour enlever les faux plis, vous l'habituez aux gaz d'échappement ce
qui le dégoûtera à jamais de la montagne, trop d'oxygène, et donc du ski, sport que tout le monde déteste mais se croit obligé d'infliger à ses enfants. Comme après on le met devant la télé pour
l'occuper...


Répondre