Et trois christs, trois !

Publié le par Yves-André Samère

Bien, je vous fais le pitch, comme on dit à la télévision de langue française : après des recherches harassantes, j’ai réussi à dénicher trois christs contemporains, bien vivants, et dont aucun ne se prénomme Jésus. Mais d’abord, une remarque, c’est bien christ avec une minuscule, car ce mot n’est PAS un prénom, même pas un nom propre, contrairement à ce que croient les niais qui pensent que « Jésus-Christ » est un prénom composé, comme Jean-Charles.

En fait, c’est un titre, comme président ou nonce. On est censé le donner à un personnage qui a été oint, comme jadis nos rois qui se soumettaient à ce rituel dans la ville de Reims. Et pour le recevoir, ce titre, il faut deux conditions impératives : être un chef religieux, et être un chef politique. En foi de quoi, voici les trois gagnants – mais vous en trouverez peut-être d’autres – admis à monter sur le podium :

- la reine Elisabeth : elle est souveraine du Royaume-Uni, et c’est le chef de l’Église anglicane ;

- Mohammed VI : c’est le roi du Maroc, et il a le titre de Commandeur des croyants ;

- le pape : il est évidemment le chef des catholiques, mais aussi chef de l’État du Vatican.

Jésus n’a rien été de tout ça, c’est évident, et, loin d’avoir été oint par les prêtres juifs de Palestine, ces canailles ont tout fait pour le faire condamner à mort. Tardivement et abusivement, on a collé « Christ » à l’un de ses deux prénoms (il avait été prévu, avant sa naissance, qu’on l’appellerait Emmanuel, c’est dans l’Évangile de Mathieu, chapitre 1, verset 23). Jésus n’était pas un christ, il a du reste passé son temps à le nier. Lisez les textes.

Et maintenant, vous pouvez jouer aux devinettes avec vos amis, dans quatre jours, à la fin du Réveillon. Vous serez gagnant à tous les coups.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :