Eyjafjöll 2 - Le retour

Publié le par Yves-André Samère

Et revoilà l’espiègle volcan islandais ! Comme Rambo ou Terminator, il revient, et il n’est pas content. À cela près que, cette fois, le nuage de cendres est plus épais, plus étendu, donc susceptible de produire davantage de dégâts.

Or, que voit-on sous nos yeux éblouis ? Que les autorités responsables du trafic aérien ont pris beaucoup moins d’interdictions de vol que la première fois, pour l’excellente raison qu’il pleut. Ce qui promet, c’est que la dernière fois que cette super-cocotte-minute s’était réveillée (avant le mois d’avril dernier), le gag avait duré un an et demi !

Nous avons donc tout le temps pour voir s’écraser au sol un ou deux avions bourrés de passagers. Après cela, les justifications a posteriori ne manqueront pas. Préparez-vous à prendre des notes, ça va être instructif.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

Merci, je n'en attendais pas moins de vous, de nous avoir épargné le mot "crash" ou "crashé".
Il est bien connu que les nuages évitent la France.


Répondre