Ayrault, ce zéro (en grammaire)

Publié le par Yves-André Samère

Lorsqu’un homme politique fait son entrée sous les yeux du public qui l’ignorait plus ou moins jusque alors, on le regarde, on l’écoute et on cherche le détail révélateur. Aujourd’hui, c’était Jean-Marc Ayrault, nouveau Premier ministre, qui n’a jamais été ministre auparavant.

Eh bien, pour ma part, je n’ai pas été déçu : dès sa première phrase, il nous a servi l’envahissant « les Françaises et les Français », insulte à la grammaire et cliché politiquement correct qui désigne infailliblement les démagogues – ceux qui ne veulent surtout pas se fâcher avec l’électorat féminin.

Il s’ensuit que voilà Ayrault catalogué au rang des pires politicards que la France comptait jusqu’ici.

Un de plus !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :