Terminée, la viande ? Tant mieux !

Publié le par Yves-André Samère

On a su hier que certains patrons de supermarchés avaient fait poser des antivols sur les viandes vendues en rayon. Immédiatement, beaucoup d’humanistes ont hurlé qu’on affamait le peuple.

Eh bien non. Le peuple, au contraire, on s’en soucie, on en prend soin, on le dorlote, et cette mesure est prise pour son bien. En effet, les scientifiques, toujours bien renseignés, prédisent que la viande disparaîtra de nos assiettes d’ici à cinquante ans, puisque la disparition presque totale des champs privera les bestiaux de leur nourriture habituelle. En outre, d’ici à cette date, la viande ne fera qu’augmenter de prix (c’est déjà bien parti, vous l’avez constaté) jusqu’à devenir un produit de super-luxe. Il urge donc, pour les sous-développés que nous serons devenus alors, que nous ayons pris auparavant l’habitude de nous passer de viande. Et plus tôt nous commencerons, mieux cela vaudra.

Et puis, se gaver de viande, c’est se gaver de protéines, qui nous empoisonnent lentement mais sûrement : nous nous suicidons chaque jour ! Finalement, les supermarchés nous sauvent la vie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :