France 5 : le suaire de Turin

Publié le par Yves-André Samère

Je viens de voir sur France 5 le documentaire sur le prétendu suaire de Turin, dont les naïfs croient qu’il a enveloppé le corps de Jésus, mais dont le Vatican ne reconnaît pas l’authenticité, et dont deux évêques de Troyes (puisque cette pièce de tissu est d’abord apparue en France), Henri de Poitiers, puis Pierre d’Arcis, l’ont déclaré faux (ce dernier, dans un mémoire adressé en 1389 au pape Clément VII, où il précisait qu’il savait « comment le linge avait été astucieusement peint, autrement dit que c’était une œuvre due au talent d’un homme et non point miraculeusement forgée ou octroyée par la puissance divine »).

Rappelons que des fragments du suaire ont été, en 1988, soumis au test de la datation par le carbone 14, mené par plusieurs équipes, et que la conclusion a été formelle : le tissu date de la fin du treizième ou du début du quatorzième siècle. Il n’a pas pu envelopper le corps de Jésus, on s’en doute !

Ce documentaire faisait une grande part à diverses élucubrations, dont celle qui prétendait que l’image imprimée sur le tissu était... une photographie prise au Moyen-Âge, ben voyons, et cela prendrait trop de place de les commenter ici. Je veux simplement relever deux affirmations du commentaire, deux erreurs qui contredisent la Bible elle-même. D’une part, il a été dit que Nazareth était « la ville natale de Jésus » (tiens, on croyait qu’il était né à Bethléem), et, d’autre part, que Jésus est resté enveloppé dans son suaire pendant trois jours. Mais non. Réfléchissons. Selon l’évangile, il a comparu devant Ponce Pilate le vendredi matin, l’audience a duré jusqu’à midi environ, puis il a été condamné à mort et conduit sur le lieu de la crucifixion. Le même évangile laisse entendre qu’il est mort au cours de l’après-midi, et qu’il a été obligatoirement décloué avant le crépuscule, puisque la religion juive interdisait qu’un supplicié reste en croix pendant le sabbat, lequel commence le vendredi au crépuscule. Donc, vers dix-huit heures ou un peu avant, il est mort, et, enveloppé dans un linge, porté au tombeau. Or, dès le dimanche matin, les deux femmes qui se rendent au tombeau trouvent l’endroit vide et proclament que Jésus est ressuscité. Faites le compte : il n’est pas resté enveloppé dans son linceul plus d’un jour en demi !

Ce qui, par la même occasion, fait sombrer dans le ridicule les théories farfelues selon laquelle la décomposition de sa chair aurait produit, en réaction avec la substance ayant servi à laver le tissu (la saponaria), une incrustation, dans l’étoffe, de l’image de son corps. En un jour et demi seulement, la décomposition n’aurait pas eu le temps de se faire !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Je n’ai pas attendu Youtube et la télévision pour me faire une religion (oh pardon !) sur le faux suaire de Turin. Même les croyants comme Gerald Messadié n’y croient pas. Et le Vatican non
plus, ni les deux évêques de l’époque, que j’ai mentionnés, je le rappelle !

Il y a une démonstration très simple, et reposant entièrement sur une expérience de physique, qui montre l’impossibilité topographique d’une image PLATE déposée sur un tissu ayant enveloppé un
corps en relief. Malheureusement, cela nécessite de faire plusieurs schémas, et ce n’est pas dans mes possibilités.
Répondre
L
bonjour, je vous invite à regarder le documentaire sur internet youtube le suaire de turin, le testament de raymond rogers.
Peut etre changerez vous d'avis?
Répondre