Frères ennemis

Publié le par Yves-André Samère

Le croirait-on ? Il y a des chanteurs qui se détestent. Moi qui croyais que, dans le monde artistique, tout le monde s’adorait, puisqu’on le prétend sans cesse ! J’ai justement entendu ce matin sur France Inter une chanteuse qui affirmait que, depuis toujours (disons vers l’âge de quatre ans), elle brûlait d’appartenir à ce monde tellement attirant.

Et pourtant, voyez Bénabar et Benjamin Biolay. Ces deux chanteurs à succès, qui ont tous deux débuté il y a une dizaine d’années, se ressemblent tellement que je suis infoutu de les distinguer. En ces temps reculés, on parlait encore – je ris – de « la nouvelle chanson française ». Logiquement, ils devraient donc se porter un amour mutuel, comme Romulus et Raimu, par exemple ! Ben non, ils se haïssent.

Pour être franc, on trouve entre eux de petites différences. Bénabar ne s’intéresse qu’aux paroles de ses chansons, ne connaît rien à la musique, et se fiche autant des mélodies que des arrangements qui les soutiennent. Alors que Biolay, c’est juste le contraire, il est obsédé par le son et soigne ses mélodies.

En 2007, Biolay a donné au magazine « Technikart » une interview dans laquelle il disait : « Le pire, c’est Bénabar, sa vision du monde est nauséabonde ». La déclaration a beaucoup plu à son rival, qui l’a, quelques mois plus tard, agressé dans un restaurant. Tout Paris se gondole encore de cette guerre picrocholine.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :