Gastronomie prudente

Publié le par Yves-André Samère

Vous allez de temps en temps, voire souvent, au restaurant ? Grand bien vous fasse. Moi, la seule idée qu’un marmiton crache dans les plats parce qu’il hait l’humanité après une dispute avec ses parents ou sa petite amie suffit à me couper l’appétit. Et ne me dites pas que cela n’arrive jamais...

En tout cas, si vous pouvez faire l’impasse sur ce petit inconvénient, il y a une précaution à prendre au moment de passer à table. La prudence la plus élémentaire consiste à éviter les restaurants où la carte est bien fournie (ou longue, pour être plus exact). Pourquoi ? Élémentaire, comme n’a jamais dit Sherlock Holmes.

En effet, comme le fait remarquer Thierry Poupard, « consultant marketing en restauration » (je ne sais pas ce que cela veut dire, mais ce doit être très bien, comme métier), « Plus la carte est longue, plus la demande de chaque plat est faible. Qui dit demande faible [...] dit gaspillage », entendant ainsi que le chef ne va pas se casser la nénette pour cuisiner des plats que personne ne mangera. Corollaire, on sert surtout des surgelés, dans les restaurants !

Par conséquent, choisissez les maisons modestes et prenez le plat du jour. Lui, il a quelques chances d’avoir été préparé à la main.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

80% des restaurants utilisent sous vide + micro ondes. Ou surgelé + micro ondes. On appelle cela de la "cuisine d'assemblage".
Les CAP de cuisine maintenant font une grande partie de leurs cours sur l'utilisation du micro-ondes et des sachets de nourriture sous vide.
Il suffit de se rendre chez "Metro" pour voir des montagnes de boîtes de conserve de 5kg, des sachets de pommes de terre précuites, du bourguignon cuit en sauce surgelé, etc.


Répondre