Gégé à Paris !

Publié le par Yves-André Samère

Figurez-vous que Gérard Depardieu va remonter sur une scène de théâtre dans quelques jours, et à Paris. Ce sera dans Love letters, une pièce d’Albert Tamsdell Gurney écrite à la fin des années 80, et qui a été jouée souvent par d’autres acteurs comme Bruno Cremer, Jean-Louis Trintignant, Philippe Noiret, Jacques Weber et Alain Delon. Sa partenaire sera Anouk Aimée, qui a déjà tenu le rôle des centaines de fois. Elle, au moins, saura son texte !

La chose va se passer au Théâtre Antoine, que dirigent Ruquier et son associé, pas loin de chez moi, entre le 4 et le 11 janvier. Je suis soulagé : le pauvre Gérard ne restera pas trop longtemps si loin de chez lui...

Le prix des places sera de 61,50 euros, on a vu pire. Cela dit, je n’irai pas : aucune envie d’entendre la lecture de lettres d’amour entre deux personnages qui, de leur vie, ne se sont jamais rencontrés ! Dans le genre, il y avait eu Tchaïkovski et Nadejda von Meck, laquelle, folle de sa musique, lui avait versé pendant treize ans une pension de six mille roubles par an, avant de comprendre qu’il était homosexuel. Pas de chance.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 02/01/2014 08:58

Je n’objecte rien de tel. Depardieu est non seulement un grand acteur, mais aussi un bienfaiteur du cinéma. C’est lui qui a produit les deux derniers films de Satyajit Ray, en 1990 et 1991. Quel
autre Français a fait cela ?

Mon article était uniquement humoristique. Je plaisantais sur l’hypothèse que, exilé provisoirement à Paris, Gégé pourrait s’ennuyer de Néchin.

CF 02/01/2014 00:46

Mais bon, n'est-ce pas ce que l'on demande a un acteur, de jouer un role? Peut-etre objecteriez-vous que Depardieu n'est plus un grand acteur?