Génétique amusante

Publié le par Yves-André Samère

Il y a environ un mois, je vous avais parlé des frères ennemis Esaü et Jacob, et de leur brouille définitive après l’escroquerie dont Jacob s’était rendu coupable à l’encontre de son frère un peu bêta. Il s’ensuivit que Jacob avait fui la colère d’Ésaü, et qu’il était parti se réfugier chez son oncle Laban, où il se mit à son service. Puis Jacob en eut assez et désira voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Il demanda donc la route, comme on dit en Afrique quand on veut prendre congé, et l’oncle, voulant le récompenser d’avoir fait fructifier son bien, le pria de lui dire quel salaire il voulait.

Jacob, qui avait encore en tête un mauvais coup, répondit qu’il se contenterait des brebis et des agneaux rayés ou tachetés du troupeau de son oncle. Laban, trouvant le salaire modeste, acquiesça. Or il eut la naïveté de confier son troupeau à Jacob pour que son neveu le conduise au pâturage. Seul avec les bêtes, Jacob ramassa des branches vertes de divers arbres, les pela partiellement pour y faire apparaître des bandes blanches, et les plaça dans les abreuvoirs, de sorte que les brebis, ayant bu de cette eau, mirent au monde des agneaux rayés et tachetés (notez que Jacob ne faisait boire que les brebis robustes et qu’il écartait les plus chétives, destinées à ce pauvre Laban).

Jacob venait donc d’inventer l’élevage sélectif et une forme inédite de génétique !

Un précurseur de Lyssenko ?

Cette merveilleuse et très vraisemblable histoire est rapportée dans la Genèse, au chapitre 31, versets 31 à 43.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :