Giscard aussi peut mentir

Publié le par Yves-André Samère

Au temps où Thierry Le Luron était l’un des trois persifleurs de France, les deux autres étant Desproges et Coluche, il avait inséré dans son spectacle une parodie intitulée Mentir – sur la musique d’une chanson interprétée par Julien Clerc, Partir. Cette parodie visait directement le président de la République de l’époque, Valéry Giscard qui se disait d’Estaing, et qui était l’une de ses têtes de Turc.

Si Thierry, mort prématurément du sida en 1986, revenait, ce qui ne nous ferait pas de mal vu qu’on s’embête à cent sous de l’heure dans la France d’aujourd’hui, il serait ravi de constater que sa chanson est toujours d’actualité, et que Giscard, qu’on a revu à la télé cette semaine, et de moins en moins mort – contrairement à son rival détesté Chirac –, n’a perdu ni sa dent dure ni son appétence pour le mensonge. Comme quoi Sarkozy n’a rien inventé.

En effet, invité à évoquer la campagne électorale qui lui a valu d’entrer à l’Élysée, le roturier auvergnat qui voulait tant être noble nous a sorti cette perle : il avait fait filmer ladite campagne par Raymond Depardon, et, a dit-il affirmé, ce film, qui n’était destiné qu’aux archives de l’Histoire, était ressorti « quelque temps après » dans les salles.

Quelque temps après. Admirez l’artiste... et les trois ou quatre journalistes-sic qui lui passaient les plats sur la plateau de télévision : pas un ne lui a fait remarquer que ce film ressorti « quelque temps après » sous le titre 1974, une partie de capmpagne, il en avait interdit la diffusion parce qu’il n’y était pas à son avantage, et que cette sortie n’a eu lieu que le 20 février 2002 ! Si-si, VINGT-HUIT ANS de purgatoire pour un reportage tout à fait objectif, mais où Sa Majesté se montrait tel qu’Elle était.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 22/09/2013 23:04

Merci, c’est un plaisir d’avoir affaire à quelqu’un d’aussi poli, et ne plus recevoir votre prose m’emplit en revanche de désespoir.

Je précise tout de même que l’information sur le sida de Thierry Le Luron ne vient pas d’un quelconque ragot, car je n’en colporte pas. Elle vient tout simplement du témoignage de... sa sœur, qui a
publié un livre sur ce sujet.

Et qui donc est ridicule, à présent ?

Sandrine 22/09/2013 21:19

Les âneries, c´est vous même qui les dites : aucune preuve que Thierry Le Luron ait eu le sida . Il est décédé d´un cancer . Pourquoi croyez vous qu´il aurait suivi un traitement en chimiothérapie
s´il n´avait pas eu de cancer ?
Le professeur Schwartzenberg a confirmé et Le Luron lui même a parlé ouvertement de son cancer dans certaines de ces dernieres lettres .
Ces sales rumeurs de sida ne reposent sur aucune preuve concrete et irréfutable, juste sur de vagues spéculations du style " il se pourrait que" ou " peut-être que" ou
" j´ai entendu dire que" . La vérité, c´est que les gens croient ce qui n´a pas été prouvé et ne croient pas ce qui a été prouvé .
Soyez certain que je ne repasserai pas sur ce blog .