Google Glass : prohibé !

Publié le par Yves-André Samère

Au chapitre des curiosités, une petite histoire qui a l’air d’une blague, mais qui ne l’est pas.

Google, qui est la firme la plus active et la plus créatrice du monde, vient d’inventer les Google Glass, des lunettes qui abritent dans leurs branches un dispositif permettant de photographier et de filmer tout ce qui est dans votre champ de vision. Ces lunettes fonctionnent, mais ne sont pas encore commercialisées.

Or, aux États-Unis, le gérant d’un bar de Seattle, le 5 Point, a fait savoir sur Facebook qu’il refuserait l’entrée de son établissement aux futurs porteurs de ces lunettes, s’ils n’acceptent pas de les laisser au vestiaire. Il a même anoncé que « des coups de pied au cul seront assénés aux contrevenants » (sic). Abus de pouvoir ? Refus de vente ? Non ! Protection de la vie privée !

On le comprend. Un bar comme le sien est un endroit où les clients viennent pour être tranquilles, éventuellement pour faire le genre de rencontres que vous imaginez, et le risque d’être photographiés ou filmés en douce et sans leur accord est de nature à les faire fuir.

C’est drôle, le progrès technique. En apparence, il vise à faciliter la vie des gens, mais les effets pervers se multiplient. Voyez la géolocalisation qui équipe les tablettes informatiques et les smartphones : théoriquement, elle permet de faire savoir à vos « amis » où vous vous trouvez, mais un simple téléphone permet aussi à la police et la justice d’obtenir le relevé exact et complet de TOUS vos déplacements ! Seules parades : laisser votre téléphone chez vous, ou en ôter la batterie, ce qui le rend évidemment inutile. Si vous avez vu le film de Spielberg Minority report, vous avez dû être frappé par ce qu’on y voit, ces affiches publicitaires qui interpellent par son nom le passant dans la rue pour lui proposer un produit susceptible de l’intéresser. Science-fiction délirante ? Mais non ! Vous recevez déjà, chaque jour, des messages électroniques personnalisés qui, se basant sur ce que vous avez déjà acheté en ligne, vous envoient d’autres propositions similaires. Amazon fait ça tous les jours : chaque matin, j’ai dans ma boîte électronique un message de ce type.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Je dois être une grande délinquante : j'oublie une fois sur deux mon téléphone portable quand je pars de chez moi. Faut dire qu'il est éteint dès que l'on franchit le seuil.
Cependant, une majorité de gens (surtout les jeunes) sont incapables de se séparer de leur téléphone.
Répondre