Hadopi : coûteux, stupide, inefficace

Publié le par Yves-André Samère

Non seulement le gadget Hadopi est inefficace et ne profite qu’à la société TMG (propriété de Thierry Lhermitte), mais il est stupide et coûte de l’argent. En effet, il ne peut s’en prendre qu’à un système très précis, celui du peer-to-peer. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un réseau d’échanges mondial, ouvert à n’importe qui : à l’aide d’un logiciel comme eMule, vous cherchez les fichiers que vous désirez chez tous les autres internautes connectés à ce réseau, sous réserve qu’ils ont permis le partage de ce qu’ils possèdent ; en échange, les autres s’attendent à ce que vous fassiez de même : partager vos fichiers. En somme, c’est un gigantesque marché, complètement libre... et gratuit !

Mais pas confidentiel, c’est son seul inconvénient, puisque, pour recevoir et envoyer des fichiers, il faut nécessairement que votre adresse IP soit communiquée aux autres ; de même que, si vous demandez à La Redoute qu’elle vous expédie une paire de chaussures ou une armoire en panneaux de particules, vous devez nécessairement lui donner votre adresse ! Si bien que, pour les chasseurs de « pirates », c’est facile, car ils se sont équipés en logiciels d’espionnage pour repérer ces échanges d’adresses : le gouvernement leur a donné l’autorisation d’espionner ! En pratique, les sociétés comme TMG (je plaisante : elle est la seule) feignent de faire partie des centaines de milliers d’internautes adeptes du téléchargement illégal et de proposer des fichiers au téléchargement des autres ; elles reçoivent ainsi des tas de demandes, et il leur suffira de noter les adresses des amateurs, puis de les refiler à l’Hadopi. Du mouchardage de taupe, mais à grande échelle !

Sachant cela, les internautes, peu à peu, laissent tomber le peer-to-peer, et se tournent vers des sites de téléchargement direct. Et là, ni TMG, ni l’Hadopi, ni le gouvernement n’y peuvent rien, parce que le téléchargement n’est pas illégal : TOUS les éditeurs de logiciels qui vendent leur production mettent leurs produits en téléchargement, parce que, s’ils devaient les expédier par la Poste, ils en vendraient cent fois moins et seraient obligés de fermer boutique. En outre, ces transactions privées n’ont rien d’un marché public où TMG peut mettre son nez : quand je commande un logiciel chez Adobe et que je paye avec ma carte bleue, la communication a lieu entre Adobe et moi – et reste confidentielle, on comprend bien pourquoi ! Ces sites de téléchargement direct sont soit légaux, comme Deezer, Spotify, ou tous les services de Video On Demand des chaînes de télévision ; soit illégaux, comme MegaUpload. Eux, certes, connaissent mon adresse IP, mais aucune loi ne peut les obliger à la communiquer à qui que ce soit, car ce serait une atteinte à la vie privée.

On pirate encore, on piratera toujours, et l’Hadopi n’y changera rien. Le gouvernement ferait mieux de chercher une autre occupation, cela ne manque pas.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :