Haro sur José Bové !

Publié le par Yves-André Samère

La dernière polémique idiote, en politique, ne concerne pas l’honnête Copé, dont le sort est réglé et qui, du coup, en a oublié de dire qu’il était « profondément choqué » (ce qu’on a ri !). Non, hier, la cible, c’était José Bové, et ceux qui l’attaquent sont ses amis de gauche.

Objet du délit, Bové, sur Radio Notre-Dame et sur KTO, a déclaré qu’il était hostile à la PMA (procréation médicalement assistée) et à la GPA (gestation pour autrui, autrement dit, le système des mères porteuses), cette horreur pratiquée aux États-Unis – qui ne font pas qu’officialiser la torture. Notez que cela remonte au 30 avril, mais qui veut tuer son chien l’accuse de la rage, y compris quatre semaines après. D’ailleurs, José, qui n’est pas le dernier des imbéciles (ils sont tous à l’UMP et au FN), avait ajouté « Je vais encore me faire plein d’ennemis ».

Et, en effet, il s’est fait flinguer par la sénatrice Esther Benbassa, qui a mine de croire qu’il se ralliait aux excités ayant manifesté contre le mariage homosexuel, et par le cher Mélenchon, toujours aussi nuancé, lequel a estimé « inouïe » cette erreur de José.

Aucune erreur, mais de la cohérence. En soulignant « Je ne crois pas que le droit à l’enfant soit un droit », Bové ne fait que dénoncer une stupidité conformiste et bien-pensante ultra-répandue, que j’ai souvent pointée ici ou ailleurs. Je soutiens que l’État a un autre rôle que de fournir des enfants a quiconque désire jouer à la poupée en grandeur nature (moi aussi, je vais encore me faire plein d’ennemis), et son devoir se borne à garantir aux citoyens la santé, la sécurité et l’éducation de leurs enfants.

Je ne suis même pas certain que l’État devrait se préoccuper de culture, et bien des pays n’ont aucun ministère de la culture, à commencer par les États-Unis visés plus haut. Mais, de cela, je parlerai un autre jour, car le point est un peu épineux, et je ne veux pas tout mélanger dans le même article. Ce qui est certain, c’est que José Bové est cohérent : il déteste toute manipulation du vivant, même végétal – pensez aux OGM –, et, quoi qu’on pense de cette détestation peut-être un tantinet excessive, puisque la procréation médicalement assistée n’est PAS une manipulation génétique, elle est honorable et logique, dans sa philosophie.

Mais la bien-pensance de gauche est aussi bête que la bien-pensance de droite.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 29/05/2014 08:22

Juste concernant le droit d'avoir des enfants : ce n'est pas moi qui dirai le contraire. Mon plaisir, quand on me posait la question (l'âge venu, les gens croient que nous avons eu des enfants...)
"avez-vous des enfants ?" était "non, je suis stérile". Le questionneur essayait pathétiquement de se raccrocher aux branches... avoir un enfant semble une obligation quand on est jeune. Ben
non.
Quant à la gestion pour autrui, c'est immonde.