Hees cabot

Publié le par Yves-André Samère

Décidément, il n’y a rien à faire ! Pour éloigner des micros Jean-Luc Hees, on a beau lui donner des promotions de plus en plus flatteuses, directeur des programmes, directeur de France Inter, président de Radio France, il s’accroche et ne perd pas une occasion (que dis-je, il les suscite) pour revenir parler dans le poste.

Il y a deux semaines exactement, il a obtenu que le roi des lécheurs de bottes, Guillaume Gallienne, l’invite dans son émission pour y lire des textes de Romain Gary, et les deux n’ont cessé de s’envoyer mutuellement des fleurs. Cette semaine, il s’est insinué dans le spot un peu longuet (il dure trois minutes) que les deux acolytes Collin et Mauduit envoient sur les ondes chaque matin juste avant le journal de 8 heures, et qu’ils croient drôle. Il y jouait le rôle d’un chef de gang, ce qui lui va comme un gant.

Mais cela ne suffisait pas : voilà qu’à présent, il fait les annonces publicitaires de France Inter. Écoutez, c’est bien sa voix. Faut croire qu’un président, ça n’a pas grand-chose à faire. Mais comme sa mission principale était de priver les auditeurs de deux humoristes qui gênaient le Pouvoir et qu’il a fait le nécessaire il y a juste un an, il a maintenant du temps libre.

Hé, Jean-Luc, la météo marine, tu la fais bientôt ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :