Hollande viole la Constitution... déjà !

Publié le par Yves-André Samère

Détail curieux révélé hier par « Le Canard enchaîné » (paru exceptionnellement un  mardi), la réduction du salaire des ministres et du président de la République frôle l’illégalité, et le Conseil constitutionnel a failli la censurer !

Explication : Hollande, qui aurait pu se contenter de fixer son salaire au niveau qu’il choisissait, et sans rien demander à quiconque – puisqu’il en a le droit –, a jugé bon de faire entériner sa décision personnelle par l’Assemblée nationale. Il s’ensuit que le pouvoir législatif (l’Assemblée, donc) a mis son nez dans les affaires du pouvoir exécutif (lui et les ministres). Ce qui viole le principe de la séparation des pouvoirs.

Cela n’a l’air de rien, mais « Le Canard » rappelle qu’en cas de quatrième cohabitation entre un président de gauche et une assemblée de droite, les députés auraient ainsi, désormais, le moyen légal de couper les vivres au président. Et donc, d’ôter tout pouvoir à quelqu’un qui a été élu par la Nation entière ! Ils l’ont toujours, du reste, et par suite de cette bourde ineffaçable. Dans leurs tombes respectives, Charles De Gaulle et Michel Debré font des sauts de cabri.

(Il est vrai qu’eux, violer la Constitution qu’ils avaient imaginée ne les gênait pas beaucoup)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :