Isabelle Giordano, vendeuse de cravates

Publié le par Yves-André Samère

Cette pauvre Isabelle Giordano, qui feint de désirer le débat dans sa navrante émission, en a une peur bleue, en réalité. Peur de quoi ? De déplaire et de perdre ladite émission en juin ? Peur de ne pas avoir le temps de « lancer » l’attraction suivante parce que son interlocuteur a trop de choses à dire (comme hier avec Edwy Plenel) et que le sacro-saint conducteur est un peu malmené ?

Alors, elle a un truc, comme tous les charlatans : quand elle veut mettre fin à une discussion qui commence à l’inquiéter ou simplement à lui casser les pieds, elle lance « On va en parler ». Et, bien entendu, le sujet brûlant tombe définitivement à la trappe.

Elle aurait dû être camelot sur les Grands Boulevards. Vendeuse de cravates ou d’onguent miracle contre les rhumatismes, elle ferait merveille.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :