Jacques Ramade

Publié le par Yves-André Samère

Parce que, à la télévision, je ne regarde que les documentaires et les fictions, mais jamais les émissions de variétés, je n’ai pas pu entendre Laurent Ruquier annonçant la mort de Jacques Ramade, qui a été longtemps son grand complice à la radio, et a fait partie de sa toute première émission sur France Inter, Ferme la fenêtre pour les moustiques. Après cela, Ramade a été un pilier de Rien à cirer et des autres émissions de Ruquier, et il était passé avec lui sur Europe 1 à l’époque de la grande migration.

J’aimais beaucoup Jacques Ramade, qui, sous des dehors de grand-papa gâteau, pouvait avoir la dent dure. Sa spécialité : les brèves, des blagues formulées en une courte phrase où il poignardait les cuistres en trois secondes. Je l’avais vu sur scène, mais je ne lui ai parlé qu’une fois, le jour où, ayant le projet de faire un article sur lui, je lui avais demandé une photo. Il me l’avait envoyée par la Poste dès le lendemain !

La spécialité de Ramade : les bides ! Il s’amusait beaucoup, et non sans perversité, à en ramasser lorsque personne ou presque ne comprenait ses intentions. Mais, au théâtre et au cinéma, il avait du succès, toujours dans un de ces seconds rôles qui ont fait la gloire aujourd’hui disparue du grand cinéma français, et où se sont illustrés des comédiens aussi mythiques que Raymond Bussières, Julien Carette ou Robert Dalban.

Jacques Ramade trompait aussi son monde : séducteur impénitent sous une apparence modeste, il était également clarinettiste, excellent connaisseur du jazz, et assez fou pour donner au micro de la radio nationale son numéro de téléphone personnel (j’ai vérifié), ce qu’il a fait dans Rien à cirer, et laisser son adresse dans l’annuaire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Non, rien d’étonnant. Cette grande famille du showbiz, c’est celle des Atrides.
Répondre
D
Je me souviens, quand Bouvard a été lourdé de RTL, Ruquier l'a reçu dans son émission sur Europe 1 (avec émoluments, of course). Quand "les grosses têtes" ont repris avec Bouvard, ledit, d'après ce
que j'ai cru comprendre, ne lui a pas tressé des couronnes.
Cela vous étonne-t-il ?
Répondre
Y
Pas grave : si l’émission d’Europe 1 a été enregistrée, je la trouverai. Rien entendu sur France Inter.

Ruquier est connu pour ne pas être avare, il ouvre volontiers son portefeuille pour aider ses anciens. Par exemple Patrick Font.

Je vais collecter toutes les brèves de Jacques Ramade que je possède, et je les mettrai en ligne. On ne trouve quasiment rien sur Internet. Et sa photo qu’on voit partout, c’est celle qu’il m’avait
envoyée.
Répondre
D
Cruche que suis-je : j'ai écouté l'hommage de Ruquier à Ramade, sur Europe 1, qui a interrompu ses vacances pour parler de lui à l'antenne. J'aurais dû vous le signaler. Ce fut, je crois au milieu
de la rediffusion de son émission mercredi ou mardi sur Europe 1.
Hommage simple, chaleureux, évoquant ce que vous dites dans votre article, c'est-à-dire la longévité de leur collaboration. On peut dire ce que l'on veut de Ruquier, mais il me semble honnête en
amitié, qualité pas trop partagée dans son milieu. Qui d'autre que lui a évoqué Ramade dans les médias ?
Répondre