Je hais les portes !

Publié le par Yves-André Samère

La plupart des cinémas sont munis d’une porte de sortie qui ne s’ouvre que dans un seul sens – pour éviter la resquille : vous la poussez pour sortir, mais sitôt de l’autre côté, comme elle est munie d’un ressort, il vous est (théoriquement) impossible de la rouvrir. Vous voyez le topo ?

En général, elles sont plusieurs, échelonnées de place en place dans un couloir sinistre, qui font ressembler le cinéma UGC des Halles, par exemple, à une réplique d’Alcatraz. Mais cela n’est rien, comparé au double problème de conscience qu’elles posent, et qui est relatif à la courtoisie envers les autres spectateurs.

Premier problème : vous sortez, et, devant vous, à quelques mètres, un spectateur en train de passer un de ces pièges à la noix, et qui vous a vu le suivre, vous tient obligeamment la porte pour vous éviter l’effort de la pousser vous aussi. Or, si vous êtes juste derrière lui, tout va bien, vous murmurez un « Merci ! » et vous passez. Mais que faire si l’obligeant casse-pieds se trouve à quinze mètres devant vous ? Résultat : pour ne pas avoir l’air d’un mufle, vous voilà obligé de presser le pas, voire de courir avant qu’il renonce.

Second problème : cette fois, c’est vous qui passez la fameuse porte en précédant quelqu’un. Devez-vous, oui ou non, lui tenir la porte, et en fonction de quelle distance vous séparant du traînard ?

Ces questions n’ont jamais fait l’objet de la moindre réflexion, même de la part des philosophes les plus cotés comme BHL, André Comte-Sponville ou Michel Onfray. C’est un scandale, à mon avis.

Publié dans Humour, Curiosités, Mœurs, Social, Paris

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 11/09/2011 16:11


Je ne connaissais pas. Il faut croire que les grands esprits se rencontrent.


Julien 11/09/2011 15:22


Réjouis-toi, d'autres en ont parlé. http://www.bouletcorp.com/lite/index.php?&annee=2009&mois=12&jour=01