Jésus a-t-il « Un nouveau visage » ?

Publié le par Yves-André Samère

Vu l’hebdomadaire « Le Point » à la devanture d’un kiosque. Sa couverture annonce Le nouveau visage de Jésus. Quoi ? Jésus s’est fait relifter, comme Jack Lang ou Régine ? Et d’abord, où « Le Point » a-t-il vu ce nouveau visage ? Jésus aurait donc perdu sa carte d’identité, et le journal l’a retrouvée ?

Blague à part, ces stupidités reviennent périodiquement, et je ne me lasse pas d’admirer cette constance des marchands de papier à ressortir sans cesse ces pseudo-révélations sur un personnage dont on ne sait rigoureusement RIEN. D’abord, parce qu’on n’est pas certain de son existence, vu qu’aucun historien sérieux ne parle de lui (ne me citez pas Flavius Josèphe, cet historien parlait des disciples d’un certain Jésus, pas de Jésus lui-même). Ensuite, parce que les disciples en question, s’ils ont existé eux aussi, ne cherchaient pas à faire œuvre d’historiens, et n’ont donné de lui aucune description : pas un mot. Je vous rappelle en passant que les évangiles n’ont pas été écrits par eux, car ils étaient tous morts au moment de la rédaction de ces textes – vers la fin du premier siècle de notre ère –, et que la plupart étaient illettrés. Ne vous laissez pas berner par des pseudonymes d’évangélistes comme Mathieu ou Jean, ce sont des homonymes.

En fait, si Jésus a existé, on ne peut faire que des conjectures sur son apparence physique. Vu qu’à l’époque où il était censé prêcher, il approchait des quarante ans (mais non, il n’est pas mort à trente-trois ans, j’ai déjà expliqué tout ça), on peut l’imaginer aussi chauve que Kad Mérad, avec sans doute un accent pied-noir prononcé en raison de ses origines moyen-orientales, et pas forcément dans le style qu’ont inventé les peintres de la Renaissance, qui voulaient surtout satisfaire leur clientèle, l’Église presque toujours.

Mais je me suis demandé pourquoi un type capable de multiplier les pains et les poissons n’avait pas pensé à inventer le smartphone. C’était pourtant bien plus facile, et avec ça, des selfies, on en aurait eu en-veux-tu-en-voilà. Je vois bien Képhas, alias Simon, alias Pierre, alias le-traître-qui-a-renié-trois-fois-son-Seigneur, photographiant Jésus sur sa croix. Histoire de conserver un souvenir de cette mémorable journée !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :