Jésus disait n’importe quoi !

Publié le par Yves-André Samère

Jésus disait-il n’importe quoi ? Ceux qui ont rapporté ses paroles l’ont-ils fait de travers, les ont-ils comprises de travers ? Les innombrables copistes qui, au fil des siècles, ont « aménagé » les différentes versions des évangiles ont-ils commis des excès de zèle ? Toujours est-il que certains rapprochements sont surprenants, qui montrent Jésus disant tout et le contraire de tout. Voici un florilège, mais on peut en trouver davantage, il n’y a qu’à puiser.

 

BLANC : Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. (Matthieu, V, 44)

NOIR : Serpents, race de vipères ! Comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne ? (Matthieu, XXIII, 33)

 

BLANC : Tels sont les douze que Jésus envoya, après leur avoir donné les instructions suivantes : N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains ; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. (Matthieu, X, 5-6)

NOIR : Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. (Marc, XVI, 15)

 

BLANC : Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! (Matthieu, V, 9)

NOIR : Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la Terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. (Matthieu, X, 34)

 

BLANC : Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. (Matthieu, XXVI, 52)

NOIR : Et il leur dit : Maintenant, au contraire, que celui qui a une bourse la prenne, que celui qui a un sac le prenne également, et que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée. (Luc, XXII, 36)

 

BLANC : Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. (Matthieu, V, 16)

NOIR : Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. (Matthieu, VI, 1)

 

On le constate, il était très bavard, ce Matthieu. Mais il ne faisait pas attention à ce qu’il écrivait.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :