Justice en libre service

Publié le par Yves-André Samère

La SACEM, c’est la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique, elle se dit « à but non lucratif », mais n’oublie jamais de se servir au passage sur les droits qu’elle perçoit au profit des... quoi ? Des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, et tâchez de suivre car je ne recommencerai pas.

La SACEM s’est donc érigée en défenseur du droit d’auteur, c’est-à-dire qu’elle fait la chasse aux méchants qui violent ce droit. On en déduit que, si elle va en justice pour châtier un de ces salauds, elle se trouve sur le banc de la partie civile – pas dans le fauteuil du président du tribunal !

Seulement voilà, il y a un os : la SACEM participe à la formation des futurs juges à l’École Nationale de la Magistrature, école installée à Bordeaux. C’est tout à fait croquignolet. Surtout quand on apprend que « comme par hasard », certains des juges qui ont été formés avec l’aide de la SACEM ont ensuite rendu un jugement favorable à cette société, lors d’un procès qu’elle faisait à un auteur qui s’était plaint de sa gestion estimée un peu trop pittoresque.

Mais non, on refuse de le croire. Imaginez un instant qu’en Sicile, la mafia forme les policiers et les juges chargés de poursuivre ses propres membres ; qu’au Vatican, le pape ouvre une école de libres penseurs (quoique, connaissant le dernier élu, il en est bien capable) ; que Bernard Tapie enseigne à l’université la déontologie des affaires ; que Sarkozy devienne professeur de lettres et entre à l’Académie française ; ou que Roman Polanski ait été nommé premier juré dans une cour d’assises chargé de juger feu Émile Louis dans une affaire de viol de mineure.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Suis-je maladroit ! ou bien Satan m'habite. Voila que, pianotant sur mon clavier, j'ai lancé sans le vouloir le téléchargement de 2526 ebooks disponibles. Une bonne âme a mis le fond de la TAZ en
partage... et je ne suis pas seul dans le torrent de bytes qui coule de ma RJ45. Je suis damné pour les siècles des siècles. (m'en fout, j'ai à lire !)
Répondre
Y
J’ai vu cela, et c’est bien triste. Mais les liens restent en ligne. Simplement, il n’y aura plus de nouveautés.

Cependant, j’avais accumulé tant de livres que j’en ai pour deux ans à les lire. Et puis, il y a d’autres sites, il suffit de taper LIVRES NUMÉRIQUES GRATUITS. On en trouve même sur le site de la
FNAC !
Répondre
K
Ceci ne concerne pas directement la SACEM, mais j'ai constaté avec grand dépit que la TAZ était morte. TAZ pour la team Alexandriz qui me fournissait en ebook. Ma nexus et mon Kobo pleurent tous
les bits de leur mémoire.
Répondre