Justice tunisienne

Publié le par Yves-André Samère

Elle est bien, la justice tunisienne. D’abord, en cas d’absence de l’accusé, ses avocats n’ont pas le droit de plaider. C’est une forme originale de ce que là-bas on n’a pas peur d’appeler « contumace ». Ensuite, hier, le juge du tribunal qui jugeait Ben Ali et sa femme (en fuite, donc absents) a prononcé une condamnation de prison supérieure à ce que prévoit le Code pénal.

Tous les pays devraient s’inspirer d’une justice aussi scrupuleuse et respectant à ce point le texte de la Loi : à Tunis, on te juge, tes avocats n’ont pas le droit de parler, et on te colle plus que le maximum. À part ça, les Tunisiens ont fait leur « révolution ». Sic. On devrait leur envoyer MAM, elle a été ministre de la Justice, chez nous.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :