L’enseignement vu par les films

Publié le par Yves-André Samère

Non seulement l’enseignement est un désastre (principalement en France), mais la façon dont le cinéma le voit (et pas seulement en France) est une calamité. Non, je ne vais pas vous refiler une critique de cinéma, je me suis engagé à ne pas le faire ici, et je me tiens à cette résolution. Mon point de vue est tout autre. Vous allez comprendre.

J’ai vu énormément de films traitant de l’enseignement, et j’affirme que, non seulement ils se ressemblent tous, mais qu’ils brillent par un scénario stupide, prouvant que son auteur ne connaît RIEN à la question et farcit son histoire de trucs de scénariste. Prenons plutôt un exemple, très connu, puisqu’il s’agit du premier film comportant un morceau de rock and roll, le célébrissime Rock around the clock, par Bill Haley et son orchestre The Comets : en anglais, ce film s’intitulait Blackboard jungle, et en français Graine de violence. Il date donc de 1955, il était réalisé par Richard Brooks, la vedette en était Glenn Ford, et il a fait la célébrité de Sidney Poitier, qui n’avait eu que six petits rôles avant cela.

Qu’y voyait-on ? Comme toujours, un professeur était nommé dans un lycée « difficile », et il se trouvait confronté à des difficultés très grandes mais heureusement passagères, parce que tout s’arrangeait assez vite, les méchants élèves se muant en agneaux qui lui mangeaient dans la main, à temps pour le générique de fin (en général, la mise en scène se borne à ceci : on demande aux jeunes acteurs de faire la gueule au début du film, et de sourire à la fin, c’est donc génial).

Et comme presque toujours, étaient au premier plan les problèmes dits « raciaux » – je place entre guillemets ce terme, histoire de rappeler aux cancres et aux électeurs du Front National (pardon pour le pléonasme) que les races n’existent pas dans l’espèce humaine.

Les rebelles du film mangeaient donc très vite dans la main du professeur ? Tous ? Non ! Seul à résister encore et toujours à l’envahisseur, le pire d’entre eux continuait de l’affronter par ses violences – surtout verbales. Ici, cliché inévitable : c’était le plus beau garçon de la classe (ben oui, Sidney Poitier, on imagine), et le plus intelligent. Mais, comme on imagine aussi, le professeur était encore plus malin, sinon il ne serait pas professeur et ne serait pas joué par Glenn Ford, si bien qu’un retournement de dernière minute survenait à temps pour l’épilogue en forme de happy end. Et que les deux personnages principaux devenaient les meilleurs amis du monde.

Cette vision sommaire des difficultés de l’enseignement et de la manière simpliste dont les gens de cinéma voient la solution aux problèmes qu’il affronte rappelle tout à fait les films basés sur la psychanalyse ou la psychiatrie, et dans lesquels un malade mental est guéri en une ou deux séances ultra-rapides, alors qu’un traitement, dans la réalité, ne commence à donner des résultats qu’au bout de plusieurs mois, voire de plusieurs années, après des centaines de séances dont chacune dure environ trois quarts d’heure. Même Hitchcock est tombé deux ou trois fois dans ce travers. Seul Laurent Cantet, à propos d’enseignement, s’en est bien tiré, avec Entre les murs, qui a reçu la Palme d’Or à Cannes en 2008, mais il adaptait le livre écrit par un professeur, François Bégaudeau, et son film ne se terminait pas « bien », comme on dit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Vous ne créerez « encore » aucune polémique, car je n’entre pas dans ce jeu.

Quant à Darwin, sa théorie, comme toutes les théories scientifiques (et elle l’est, scientifique), est RÉFUTABLE, comme on dit dans ce milieu. Ce qui signifie que, si on trouve un FAIT qui
contredit une théorie, on la modifie pour qu’elle en tienne compte, et on l’abandonne si c’est impossible. La théorie de Darwin a été modifiée sur certains points, mais elle a globalement été
validée.

Pour ce qui est de la théorie sur l’existence des races, elle est née au dix-neuvième siècle, et n’a guère tenu qu’un siècle, en gros. On l’a totalement invalidée après la Deuxième guerre mondiale,
principalement parce que la découverte de l’ADN par Cricq et Watson en 1953 a PROUVÉ qu’entre le plus blanc des Blancs et le plus noir des Noirs, le patrimoine génétique différait si peu qu’il
était quasiment impossible de les différencier au niveau de la cellule. Ce que, précédemment, on prenait pour des différences profondes, couleur de peau, implantation du système pileux, intolérance
au lactose, etc., n’étaient que des caractères superficiels n’entraînant aucune différence de nature entre les individus. De sorte que si, chez les animaux autres que l’homme, une même espèce peut
comprendre plusieurs races, il n’existe, au sein de l’espèce humaine, qu’une seule race – vu qu’on n’n a pas trouvé d’autres ! Par conséquent, ce qui n’existe pas, c’est la DIFFÉRENCIATION des
races : on ne « différencie » pas de lui-même un exemplaire unique ! Mais je reconnais que la question n’est pas simple.

Aujourd’hui, on ne croit encore à l’existence des races différentes qu’aux États-Unis (mais uniquement pour mentionner la couleur de peau dans le signalement des personnes), en Afrique noire, et...
chez les néo-nazis, pour les raisons qu’on devine ! Les gens sérieux ont abandonné cette lubie.
Répondre
Y
Je n’oublie pas ce film, dont j’ai du reste parlé ici :

http://www.kinopoivre.eu/notules/2009/200903.php#jupe

Mais justement, il n’entre pas dans ce cadre, car le professeur incarné par Isabelle Adjani, si je me souviens bien, ne parvenait pas à retourner la situation, et y laissait même sa vie. Ce qui
n’est pas précisément le canevas habituel des films hollywoodiens.

Et puis, l’épilogue sentimental gâchait tout.
Répondre
R
N'oublions pas La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld, avec Isabelle Adjani, très réaliste dans la saisie des tensions adolescentes qui s'exacerbent dans des établissements difficiles.
Répondre
L
Je suis sur que vais encore créer une polémique mais...
j'y vais quand même.
Les races n'existent pas???
Déja il faudrait définir le terme de races...
Ensuite, s'il n'y a pas de races différentes, cela ne contredit t'il pas la théorie de l'évolution de ce cher darwin?
A méditer
Répondre