L’esprit de Julie Depardieu

Publié le par Yves-André Samère

J’aime assez Julie Depardieu, qui pratique un humour noir dont peu d’actrices sont capables, surtout en prenant pour cible leur propre famille. Par exemple, elle manque rarement de dézinguer son père, qu’elle désigne par son prénom uniquement.

Vous vous souvenez peut-être de cette blague que j’avais faite ici, et qui reposait sur une devinette de très bon goût. Certains n’ont pas apprécié la plaisanterie, car il paraît que j’avais ainsi offensé des morts. Rétrospectivement, j’en demande donc pardon à Long John Silver, personnage fictif de L’île au trésor, et au capitaine Achab, personnage tout aussi fictif de Moby Dick. Si bien que, depuis, je me surveille, crainte de froisser, qui sait ? la susceptibilité du capitaine Crochet, voire celle du crocodile de Peter Pan.

Néanmoins, j’avais pu lire, en 2006, une interview de Julie Depardieu, qui montrait que je ne suis qu’un amateur. Celle-ci annonçait en effet que son frère Guillaume, qui vivait encore, allait jouer le rôle de Rimbaud, et précisait gentiment : « Il n’y a que lui pour faire Rimbaud, même pas besoin d’effets spéciaux » !

Rappelons à ceux qui n’étaient pas là qu’Arthur Rimbaud, lui aussi et comme Guillaume Depardieu, fut amputé d’une jambe...

Ah ! les sœurs...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :