La censure du CIO

Publié le par Yves-André Samère

Vous commencez à connaître l’amour ardent que je porte au Comité Olympique International. Les sportifs eux-mêmes, apparemment, sont dans cet état d’esprit, et se plaignent que les membres du CIO vivent comme des nababs (ils ont dit « comme des Saoudiens » !) alors qu’ils ne font rien d’autre que voyager et se taper la cloche dans les meilleurs restaurants, sous le prétexte d’« organiser » les prochains Jeux. Bref, ce sont des parasites.

S’ils s’en tenaient là, ce ne serait que de vulgaires escrocs. Mais non, ils ont aussi des manières de dictateurs, de sorte que j’avance cette proposition que j’estime constructive : nommer Bachar El Assad président à vie du CIO. Il ne sera pas dépaysé, et les sportifs non plus. Ainsi, le blog anglais Free Speech rapporte que les comptes sur Twitter de militants qui protestaient contre la tenue des Jeux à Londres ont été suspendus, le CIO ayant adressé à Twitter une demande de suppression, parce qu’ils contenaient dans leur nom les termes « JO 2012 » – tabous comme je l’ai mentionné hier.

Il n’y a pas que Twitter pour s’être plié docilement aux désirs du CIO, puisque la police de Sa Majesté a mis en place des moyens exceptionnels pour disperser les manifestations, et patrouiller dans plus de 90 zones décrétées « d’exclusion », un terme qui a bonne presse, dit-on. Toujours, donc, le système de principauté fictive inauguré... en France, au profit de Disney.

Vous en voulez encore ? Sur Twitter, il était interdit de faire un lien hypertexte vers le site des vrais Jeux Olympiques, à moins de n’en dire que des choses positives. C’est vrai, ça, la liberté de critiquer, c’est très négatif. Au point que même Barack Obama et son concurrent Mitt Romney ont été visés dans leur campagne électorale pour la prochaine élection présidentielle : ils avaient « violé le copyright » (sic) dans des vidéos qui faisaient allusion aux Jeux ! Ils ont dû retirer leurs vidéos. Le CIO aurait dû exiger qu’ils retirent carrément leur candidature, c’eût été plus exemplaire.

Demain, je vous parlerai de boustifaille. Aucun rapport avec les J.O. ? Mais si, vous verrez !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
À mon avis, vous êtes fichue. Je ne vois qu’une seule solution : la confession publique. Peut-être n’écoperez-vous que de quelques années de camp de travail, si vous vous montrez suffisamment<br /> repentante.
Répondre
D
Figurez-vous que je viens de récupérer une vieille lampe en cuivre dite "Pigeon". En fait, cette lampe feutrée à l'intérieur qui est censée ne pas exploser (je ne ferai pas l'essai) s'appelle<br /> "Olympe" et a les cinq anneaux gravés dessus.<br /> Croyez-vous que je risque la prison ? Je la regarde d'un autre œil, maintenant, ma lampe inexplosable.
Répondre